XIIIe Semaine du Marais Chrétien, du 26 mars au 3 avril 2010

le Marais ChrétienLe Marais Chrétien
XIIIe Semaine du Marais Chrétien, du 26 mars au 3 avril 2010

– site web: http://maraischretien.free.fr/
– site web nouveau: http://www.maraischretien.com/

Un choix de titres (Cinéma – Concerts – Conférences – Expositions – Spectacles – Visites):

Samedi 20 mars

  • 15 h "Le pèlerin russe" et "Starets Silouane" – Livres et BD. Présentation des ouvrages et BD en présence du dessinateur, Gaëtan Evrard. (Durée : 1h) – lieu: Chapelle de l’Eglise Saint-Paul-Saint-Louis 9, passage Saint-Paul ou accès par l’église Paris IVe
  • 16 h 30 "L’icône : écriture ou peinture ?" (conférence) par Hélène Bléré, iconographe. (Durée : 1h30) – lieu: Chapelle de l’Eglise Saint-Paul-Saint-Louis 9, passage Saint-Paul ou accès par l’église Paris IVe

Mardi 23 mars

  • 14 h « Regards sur les manuscrits copiés et enluminés entre le IVe et la fin du XVe siècle » (conférence) par Maurice Régnier, historien de l’art. Sur réservation au 09 79 35 05 84 (18h-22h). (Durée : 1h50) – lieu: Mairie du IIIe arrdt 2, r. Eugène Spuller Paris IIIe
  • 16 h « La Bible : écrite quand et par qui ?» (conférence) par Christian Javary, curé de la cathédrale de Nanterre, enseignant en théologie biblique. Sur réservation au 09 79 35 05 84 (18h-22h). (Durée : 1h45) – lieu: Mairie du IIIe arrdt 2, r. Eugène Spuller Paris IIIe

Mercredi 24 mars

  • 12 h 30 « Le collège des Bernardins » (visite) par Maurice Régnier, historien de l’art. Sur réservation au 09 79 35 05 84 (18h-22h). Participation : 5 € (Durée : 1h30) – lieu: Collège des Bernardins 20, r de Poissy Paris Ve
  • 14 h 30 « Journal d’un curé de campagne » Film NB (1950) de Robert Bresson, inspiré de l’œuvre de Georges Bernanos, suivi d’un débat animé par le père Frédéric Roder. Entrée : 8/6 €. (Durée : 2h30) – lieu: Collège des Bernardins 20, r de Poissy Paris Ve
  • 21 h « Chants profanes et religieux d’Arménie » Chorale Daron. Direction : Stephan Yorgancian. (Durée : 1h15) – lieu: Cathédrale Sainte-Croix des Arméniens 13, r. du Perche Paris IIIe

"Le Marais Chrétien souhaite promouvoir dans le quartier parisien du Marais et ses environs, des manifestations artistiques et culturelles. Sa finalité est d’exprimer le lien existant entre beauté, humanité et spiritualité."

Publié dans Nouvelles | Marqué avec , , , , , , , | Un commentaire

Dimanche 7 février 2010, 3ème du Triode. Jugement dernier et Carnaval

Dimanche 7 février 2010, 3ème du Triode. Jugement dernier et Carnaval (dernier jour de viande), ton 2.

Tropaire de la Résurrection (ton 2)

Lorsque Tu es descendu vers la mort, immortelle Vie, l’enfer fut renversé par la splendeur de ta divinité ; et, lorsque Tu ressuscitas les morts qui gisaient au fond du tombeau, tous les anges dans les cieux se mirent à chanter : Gloire à toi, Source de vie, ô Christ notre Dieu !

Tropaire(s) de l’égliseGloireKondakion (a) de l’égliseEt maintenant

Kondakion du Triode (ton 1)

Lorsque Tu viendras, dans la gloire, sur la terre, ô notre Dieu, la création entière tremblera, un fleuve de feu coulera devant ton tribunal, les livres seront ouverts et les secrets manifestés. En ce jour délivre-moi du feu qui ne s’éteint pas et rends-moi digne de me tenir à ta droite, ô Juge infiniment juste !

Prokiménon du Triode, ton 3

Il est grand, notre Seigneur, grande est sa puissance ! Il n’y a pas de mesure à son intelligence.
Louez le Seigneur, car il est doux de chanter un psaume ; que la louange soit agréable à notre Dieu !

Epître

1 Corinthiens 8, 8-13 ; 9, 1-2

Frères, ce n’est pas un aliment qui nous rapprochera de Dieu : si nous n’en mangeons pas, nous n’aurons rien de moins, et si nous en mangeons, nous n’aurons rien de plus. Mais prenez bien garde que cette liberté dont vous usez ne devienne pour les faibles une occasion de chute. Car si quelqu’un te voit, toi qui as la connaissance, attablé dans un temple d’idoles, ce spectacle ne poussera-t-il pas celui dont la conscience est faible à manger des mets offerts aux idoles ? Et ainsi, à cause de ta connaissance, ce faible périt, ce frère pour qui le Christ est mort. En péchant ainsi contre vos frères, en blessant leur conscience qui est faible, c’est contre le Christ que vous péchez. C’est pourquoi, si un aliment doit causer la chute de mon frère, je me passerai de viande à tout jamais, plutôt que de scandaliser mon frère. Ne suis-je pas libre ? Ne suis-je pas apôtre ? N’ai-je pas vu Jésus, notre Seigneur ? N’êtes-vous pas mon œuvre dans le Seigneur ? Si pour d’autres je ne suis pas apôtre, pour vous du moins je le suis ; car c’est vous qui, dans le Seigneur, êtes le sceau de mon apostolat.

Alléluia du Triode, ton 8

Venez, exultons pour le Seigneur ! Acclamons Dieu notre Sauveur !
Allons en sa présence en le confessant, et acclamons-le au son des psaumes !

Evangile

Matthieu 25, 31-46 (n. trad.)

En ce temps-là Jésus dit : « Lorsque le Fils de l’Homme viendra dans sa gloire, et avec lui tous les anges, alors Il siégera sur le trône de sa gloire. Et seront rassemblées devant lui toutes les nations, et Il mettra à part les uns des autres, comme le pasteur met à part les agneaux et les chevreaux ; et Il placera les agneaux à sa droite et les chevreaux à sa gauche. Alors le roi dira à ceux qui seront à sa droite : ‘Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le royaume qui vous a été préparé depuis la fondation du monde. Car J’ai eu faim et vous m’avez nourri ; J’ai eu soif et vous m’avez désaltéré ; J’étais étranger et vous m’avez recueilli ; nu et vous m’avez vêtu ; J’étais malade et vous m’avez rendu visite ; J’étais en prison et vous êtes venus me voir.’ Alors les justes lui répondront et lui diront : ‘Seigneur, quand t’avons-nous vu avoir faim et t’avons-nous nourri ou avoir soif et t’avons-nous désaltéré ? Quand t’avons-nous vu étranger et recueilli, ou nu et t’avons-nous vêtu ? Quand t’avons-nous vu malade ou en prison et sommes-nous venus te voir ?’ Le roi leur dira en réponse : ‘Amen, Je vous le dis, dans la mesure où vous l’avez fait à l’un des plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait.’ Alors Il dira à ceux qui sont à gauche : ‘Allez loin de moi, maudits, au feu éternel qui a été préparé pour le diable et pour ses anges. Car J’ai eu faim et vous ne m’avez pas nourri ; J’ai eu soif et vous ne m’avez pas désaltéré ; J’étais étranger et vous ne m’avez pas recueilli ; nu et vous ne m’avez pas vêtu ; malade et en prison et vous ne m’avez pas rendu visite.’ Et eux aussi répondront : ‘Seigneur, quand t’avons-nous vu avoir faim ou soif, être étranger, ou nu, ou malade, ou en prison et ne t’avons-nous pas assisté ?’ Alors Il leur dira en réponse : ‘Amen, Je vous le dis, dans la mesure où vous ne l’avez pas fait à l’un de ces plus petits, c’est à moi que vous ne l’avez pas fait.’ Et ils s’en iront, eux vers le châtiment éternel, mais les justes vers la vie éternelle. »

Catéchèse/homélie

Gloire à toi : l’exultation et la louange constituent l’enjeu véritable du grand Carême dans lequel nous entrons. Il s’agit pour l’être humain de devenir apte à jouir de la joie pascale. Si nous nous affligeons pour notre péché, c’est précisément parce que celui-ci nous rend incapables de nous réjouir en Dieu, de nous émerveiller de lui et de nous réjouir les uns pour les autres ; incapables de consoler ceux qui souffrent, « les plus petits d’entre nous », en reconnaissant en eux d’un coeur brisé la présence du Christ vivant. Le jugement s’annonce sévère pour ceux qui n’auront vu que l’homme en l’homme. La compassion est la joie de communier à ce que vit autrui, dans l’amour que le Christ a Lui-même pour cette personne.

Archiprêtre Marc-Antoine Costa de Beauregard
++

Voir aussi:

Publié dans Dimanches et fêtes | Marqué avec , , , , | Un commentaire

Dimanche 24 janvier 2010. Dimanche du Publicain et du Pharisien. Début du Triode

Dimanche 24 janvier 2010. Dimanche du Publicain et du Pharisien. Début du Triode. Ton 8.

Tropaire de la Résurrection (ton 8)

Du Ciel Tu descendis, ô Dieu de miséricorde ; trois jours dans le tombeau Tu souffris de demeurer pour nous délivrer de nos péchés ; notre Vie et notre Résurrection, Seigneur, gloire à toi !

Tropaires et kondakia de l’église.

Gloire au Père et au Fils et au saint Esprit…

Kondakion du Triode (ton 4)

Parabole du Pharisien et du PublicainDu Pharisien fuyons la jactance ! du Publicain apprenons l’humilité et gémissons sur nos péchés, en disant au Sauveur : « Pardonne-nous, Seigneur, qui seul es indulgent ! »

Et maintenant et toujours et dans les siècles des siècles : Amen !

Kondakion de la sainte Rencontre (t. 1)

Seigneur qui par ta naissance as sanctifié le sein de la Vierge, par ta présentation Tu as béni les mains de Siméon. En venant à notre rencontre Tu nous as sauvés, ô Christ notre Dieu. Donne en notre temps la paix à ton Eglise, affermis nos pasteurs dans ton amour, Toi le seul Ami des hommes.

Prokimenon du ton 8

Prononcez des vœux et accomplissez-les pour le Seigneur notre Dieu ;
vous tous qui l’entourez, apportez-lui des présents !

V/ : Dieu est connu en Judée, en Israël son Nom est grand !

Epître du Triode

2 Timothée 3, 10-15

Toi, Timothée, mon enfant dans la Foi, tu m’as suivi dans mon enseignement, dans ma conduite et mes projets, dans la foi, la patience, dans l’amour du prochain et la constance, dans les persécutions et les souffrances qui me furent infligées à Antioche, à Iconium et à Lystres. Quelles persécutions n’ai-je pas eu à subir ! Et de toutes le Seigneur m’a délivré. D’ailleurs, tous ceux qui veulent vivre avec piété dans le Christ Jésus seront persécutés ; tandis que les méchants et les imposteurs feront toujours plus de progrès dans le mal, égarant les autres et s’égarant eux-mêmes. Mais toi, demeure ferme dans ce que tu as appris et en quoi tu as mis ta foi, sachant de quelles personnes tu l’a appris : car depuis l’enfance tu connais les saintes Ecritures qui peuvent te procurer la sagesse en vue du Salut par la foi dans le Christ Jésus.

Alléluia du ton 8

Venez, exultons pour le Seigneur ! Acclamons Dieu notre Sauveur !

V/ : Allons en sa présence en le confessant, et acclamons-le au son des psaumes !

Evangile du Triode

Luc 18, 10-14 (n. trad.)

En ce temps-là, Jésus dit la parabole suivante.
Deux personnes montèrent au temple pour prier, l’un pharisien et l’autre publicain. Le pharisien, debout, priait ainsi en lui-même : « Ô Dieu, je te rends grâce de ce que je ne suis pas comme les autres gens, avides, injustes, adultères, ou bien comme ce publicain. Je jeûne deux fois par semaine et j’acquitte la dîme de tout ce que j’ai gagné. » Or le publicain, se tenant à l’écart, ne voulait même pas lever les yeux au ciel, mais il se frappait la poitrine en disant : « Ô, Dieu, sois propice à moi, pécheur ! » Je vous le dis, ajouta Jésus, celui-ci descendit chez lui justifié, au contraire de celui-là, car toute personne qui s’élève sera abaissé, mais qui s’abaisse sera élevé.

Catéchèse : mots ou expressions soulignés dans les textes de ce jour.

Ciel : au sens matériel, la Bible en souligne l’harmonie et la stabilité (Gen.1, 1, 18 ; 7, 11 ; 15, 5). Ce ciel, ou « cieux », symbolise le monde de l’inaccessibilité et du mystère ; à la fois le monde intelligible des pensées ou raisons divines, et celui de l’incompréhensibilité de Dieu, icône cosmique de la sagesse miséricordieuse su Seigneur. Il signifie la réalité de la présence invisible de la Divinité, mais que des anges et des saints. C’est vers lui que l’orant tend les mains. Il est, selon la Bible, la demeure de Dieu et de ses amis, les « justes ». Jésus est « descendu des cieux » et « monté aux cieux », parce que, étant Dieu, Il habite cette demeure inaccessible, tout en étant chez soi sur la terre, dans le visible et le sensible, s’étant « fait chair » et « fait Homme », accessible et connu.

Pharisiens : « Secte juive (héb.persusim : « les séparés ») comprenant au temps de Jésus environ six mille membres ; comme celle des Esséniens, elle est ordinairement rattachée aux Hassidéens (héb.hasidim : « les pieux ») qui au temps des Maccabées luttèrent avec acharnement contre l’influence païenne (1 Macc.2, 42). Elle comptait l’ensemble des scribes et des docteurs de la Loi, mais aussi un certain nombre de prêtres. Organisant ses membres en confréries religieuses, elle visait à les maintenir dans la fidélité à la Loi et dans la ferveur » (Vocabulaire de Théologie Biblique, p. 992)

Salut : être sauvé, c’est être protégé d’un péril. C’est aussi participer à la béatitude des saints. Le Christ sauve parce qu’Il arrache l’Homme à la mort et à la souffrance, et le fait participer à sa vie éternelle et impassible. « Jésus » veut dire « Dieu sauve » ou « Salut de Dieu » : Il sauve en offrant la participation à lui-même et à sa divinité, par la communion dans la Foi à son Corps et à son Sang précieux.

Justifié : non une conformité légaliste (juive, chrétienne ou même sociale), mais être reconnu dans l’attitude juste, qui s’offre à la miséricorde de Dieu. Le but du Carême est l’acquisition de cette « justice » : elle s’accomplit dans l’amour de Dieu et du prochain et dans la connaissance suprême de la Divinité par la joie et l’exultation pascale. La « justice » conduit ainsi à la Joie, ou libération définitive du péché et de la mort, non seulement du corps, mais de l’âme. Le Christ s’est manifesté le Juste par excellence, non seulement comme Innocent, mais comme Saint et irradiant la Lumière.

Archiprêtre Marc-Antoine Costa de Beauregard
++

 

Voir aussi:

Publié dans Dimanches et fêtes | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Dimanche 22 novembre 2009, 26ème après Pentecôte, 11ème après la Croix, 2ème de l’Avent. Après-fête de la Présentation de la Vierge au Temple. Mémoire de sainte Cécile la Romaine

Dimanche 22 novembre 2009, 26ème après Pentecôte, 11ème après la Croix, 2ème de l’Avent. Après-fête de la Présentation de la Vierge au Temple. Mémoire de sainte Cécile la Romaine

Tropaire de la Résurrection, t. 7

Tu as détruit la mort par ta croix, ouvert au Larron le Paradis ; changé en joie les pleurs des myrophores/ et ordonné aux apôtres de prêcher : « Tu es ressuscité, ô Christ Dieu, donnant au monde ta grande miséricorde ! »

Tropaire de la Présentation, t. 4

Ce jour est le prélude de la bienveillance de Dieu et l’annonce du salut des hommes. Dans le temple de Dieu la Vierge se montre à tous et d’avance elle annonce le Christ. Et nous, nous lui crions de toutes nos voix : « Réjouis-toi, Accomplissement de l’économie du Créateur ! »

Tropaires et kondakia de l’église ou du monastère.

Gloire au Père et au Fils et au saint Esprit…

Kondakion de la Résurrection, t. 7

Désormais la force de la mort est impuissante à retenir les mortels, car le Christ est descendu, brisant et détruisant les puissances de la mort. L’Enfer est enchaîné, les prophètes tous ensemble se réjouissent. Le Sauveur, disent-ils, est apparu à ceux qui demeurent dans la foi: venez, fidèles, prendre part à la Résurrection !

Et maintenant…

Kondakion de la Présentation, t. 4

Le très saint Temple du Sauveur, sa Chambre nuptiale de grand prix, la Vierge, Trésor sacré de la gloire de Dieu, en ce jour est présentée au temple du Seigneur. Elle y apporte la grâce du saint Esprit et devant elle les anges de Dieu chantent : « Voici le Tabernacle des cieux ! »

Continuer la lecture

Publié dans Dimanches et fêtes, Saints et fêtes | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

Dimanche 15 novembre 2009, 25ème après Pentecôte, 10ème après la Croix. Entrée dans le jeûne de Noël (de saint Martin ou de saint Philippe) ou Avent

Dimanche 15 novembre 2009, 25ème après Pentecôte, 10ème après la Croix. Entrée dans le jeûne de Noël (de saint Martin ou de saint Philippe) ou Avent

Tropaire de la Résurrection (ton 6)

Devant ton sépulcre, les puissances des cieux autant que les soldats, furent frappées d’effroi. Marie-Madeleine se tenait près du tombeau/ et cherchait ton corps immaculé. Mais Tu brisas l’enfer sans te laisser vaincre par lui ; Tu rencontras la Vierge et nous donnas la vie:/ Ressuscité d’entre les morts, Seigneur, gloire à toi !

Tropaire(s) et kondakia de l’église ou du monastère.

Gloire au Père et au Fils et au saint Esprit…

Kondakion de la Résurrection (ton 6)

De sa main vivifiante, le Seigneur Source-de-vie, le Christ notre Dieu, a fait surgir tous les morts des ténèbres de l’enfer, accordant la résurrection à tout le genre humain. Il est vraiment notre Sauveur, notre Vie, notre Résurrection et le Dieu de l’univers !

Et maintenant…

Kondakion de la Mère de Dieu (ton 6)

Protectrice assurée des chrétiens, Médiatrice sans défaillance devant le Créateur, ne dédaigne pas la voix suppliante des pécheurs ! Mais dans ta bonté hâte-toi de nous secourir, nous qui te crions avec foi: « Sois prompte dans ton intercession, et empressée dans ta prière, ô Mère de Dieu, Secours constant de ceux qui t’honorent !»

Prokimenon (ton 6)

Seigneur, Sauve ton peuple,
et bénis ton héritage !

Vers toi, Seigneur, je crie ; mon Dieu, ne garde pas le silence envers moi !

Épître du jour

Ephésiens 4, 1-7.

Frères, je vous encourage, moi qui suis en prison à cause du Seigneur, à mener une vie digne de l’appel que vous avez reçu : en toute humilité, douceur et patience vous supportant les uns les autres avec charité, appliquez-vous à conserver l’unité dans l’Esprit par le lien de la paix. Il n’y a qu’un seul Corps et qu’un seul Esprit, comme il n’y a qu’une seule espérance au terme de l’appel que vous avez reçu ; un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, un seul Dieu et Père de tous, qui règne au-dessus de tous, par tous et en tous.

Alléluia dominical (t. 6)

Celui qui demeure sous le secours du Très Haut repose sous la protection du Dieu du ciel. – Il dit au Seigneur : « Tu es mon soutien et mon refuge : mon Dieu, en qui je mets mon espérance ! »

Evangile du jour

Luc 10, 25-37 (notre traduction)

En ce temps-là, voici qu’un légiste se leva et dit à Jésus pour l’éprouver : « Maître, que dois-je faire pour hériter la vie éternelle ? » Jésus lui dit : « Dans la Loi qu’est-il écrit? Comment lis-tu ? » Celui-ci répondit : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force et de toute ta pensée, et ton prochain comme toi-même ». Jésus lui dit : « Tu as bien répondu ; fais cela et tu vivras ». Mais l’autre, voulant se justifier, dit à Jésus : « Et qui est mon prochain ? »

Répondant Jésus dit : « Quelqu’un descendait de Jérusalem à Jéricho, et il tomba dans les mains de brigands qui le dépouillèrent, le rouèrent de coups et s’en allèrent, le laissant à demi mort. Il se trouva qu’un prêtre descendait par cette route : il le vit, changea de côté et passa. De même un lévite, arrivant à cet endroit, l’aperçut, changea de côté et passa. Mais un Samaritain qui faisait la route arriva près de lui : il le vit et son cœur se serra. Il s’approcha, pansa ses plaies et y versa de l’huile et du vin ; puis il le prit sur sa propre monture et le conduisit dans une auberge, où il prit soin de lui. Le lendemain, il prit deux deniers et les donna à l’aubergiste et dit : Prends soin de lui, et si tu dépenses quelque chose en plus, moi je te rembourserai à mon retour. Lequel de ces trois, à ton avis – demanda Jésus – s’est montré le prochain de la personne tombée aux mains des brigands ? » L’autre dit : « C’est celui qui lui a fait miséricorde ». Alors Jésus lui dit : « Va, et toi aussi, fais de même ! »

Catéchèse/homélie : La tradition du jeûne et de l’abstinence pendant le carême de Noël ou Avent

Par le carême de la Nativité, appelé également « carême de Noël », « de saint Martin » (fête de saint Martin le Miséricordieux le 11 novembre) ou « de saint Philippe » (fête du saint apôtre Philippe le 14 novembre), et Avent (« Venue » du Christ), nous nous préparons corps et âme à accueillir et à glorifier le Verbe incarné. Il appartient à la tradition ancienne de l’Eglise universelle, dure quarante jours et a toujours une date fixe : 15 novembre – 25 décembre. On commence le soir du 14 novembre : si c’est un mercredi ou un vendredi, on commence le 13 au soir.

C’est un carême plus léger que les autres. Nous nous abstenons de viande, d’œufs et de fromage. Le lundi, le mercredi et le vendredi on s’abstient de vin et d’huile. Mais, mardi et jeudi, on prend du vin et de l’huile ; le samedi et le dimanche on prend du poisson, de l’huile et du vin. Le poisson est ainsi consommé au moins jusqu’à la fête de saint Nicolas (6 décembre) et même jusqu’au dimanche des saints Ancêtres (13 décembre cette année), dans l’Eglise roumaine.

La veille de Noël on mange seulement le soir des céréales, des fruits et des légumes. Le jour de Noël, quel qu’il soit, on rompt tout jeûne et toute abstinence.

Le 21 novembre, mémoire de la Présentation de la Mère de Dieu au Temple, on mange du poisson. Il en est de même les lundis, mercredis et vendredis, s’il y a une fête.

Pendant le carême de Noël, on ne célèbre pas de mariage, parce qu’on prépare la fête de la Nativité.

Pendant cette période, nous pouvons lire davantage la Parole de Dieu (par exemple le prophète Isaïe). Nous pouvons prier davantage. Nous pouvons nous confesser plus souvent. Nous pouvons nous exercer à être miséricordieux (à l’image du Bon Samaritain, de saint Martin et de saint Nicolas) envers notre prochain et avec toutes les créatures. Nous préparons ainsi le grand mystère de Noël : Dieu devenu un être humain parmi d’autres, assumant tout ce qui est humain, et habitant parmi les humains pour changer son propre monde de l’intérieur et le sauver. La générosité divine et l’aumône, caractéristiques de l’Avent, seront enseignées aux enfants ; elles contribuent à la transfiguration de la société civile.

Du point de vue œcuménique, les chrétiens des diverses Eglises (les familles interconfessionnelles ou « mixtes », p. ex.) peuvent faire une commune démarche, au moins à partir du 4ème dimanche, tous étant alors entrés dans l’Avent.

Archiprêtre Marc-Antoine Costa de Beauregard
++

Publié dans Dimanches et fêtes, Saints et fêtes | Marqué avec , , , , , , , | Laisser un commentaire

10 Mai 2009 – la paroisse roumaine des Saints-Archanges (Paris) rejoigne le Patriarcat roumain


10 Mai 2009 – la paroisse roumaine des Saints-Archanges (Paris) rejoigne le Patriarcat roumain

Le dimanche 10 mai 2009 l’assemblée générale extraordinaire de la Paroisse roumaine des Saints-Archanges (9 bis, rue Jean de Beauvais, Paris 5e) a décidé en unanimité de passer sous l’omophore de Mgr Joseph, dans le cadre de la Métropole orthodoxe roumaine de l’Europe Occidentale et Méridionale (Patriarcat roumain).

L’« Église Roumaine de Paris » (paroisse fondé en 1853) s’est séparée du Patriarcat roumain en 1948, au moment de l’installation du communisme en Roumanie.

Le 10 mai 2009 est la dernière étape et l’aboutissement de plusieurs années de dialogue et marque la réconciliation définitive de la communauté avec l’Église Orthodoxe de Roumanie.

Lors de la Divine Liturgie présidée par le métropolite Joseph, entouré par 8 prêtre et 3 diacres, le diacre Jean Boboc a été ordonné prêtre pour cette église.

 

Publié dans Nouvelles | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Dimanche 1er février 2009. Avant-fête de la Présentation du Christ au Temple. Saint et victorieux martyr Tryphon ; saintes et victorieuses martyres Félicité et Perpétue ; sainte Brigitte de Kildare

Dimanche 1er février 2009. Avant-fête de la Présentation du Christ au Temple. Saint et victorieux martyr Tryphon ; saintes et victorieuses martyres Félicité et Perpétue ; sainte Brigitte de Kildare

Tropaire de la Résurrection, ton 8

Tu es descendu des hauteurs, ô Plein de bonté ! Tu as accepté l’ensevelissement de trois jours, afin de nous délivrer de nos passions, ô notre Vie et notre Résurrection, Seigneur, gloire à toi !

Tropaire de l’avant-fête

Du haut du ciel se penchant vers la terre, le céleste chœur voit porter au Temple comme un enfant nouveau-né par une Mère virginale le Premier-né de toute la création, et dans l’allégresse les anges chantent l’hymne d’avant-fête avec nous.

Tropaires(s) de l’église ou du monastère

Tropaire du saint martyr Tryphon, t.4

Toi qui dès l’enfance recherchais la jouissance qui jamais ne tarira, tu supportas les tourments par amour pour le Christ notre Dieu ; excellent fut ton combat et, puisque des miracles tu as reçu le pouvoir, délivre donc de tout malheur et de toute sorte de péril, saint Martyr, ceux qui te disent bienheureux !

Kondakion de la Résurrection, t. 8

Ressuscité du tombeau, Tu as éveillé les morts et ressuscité Adam ; Eve danse de joie en ta Résurrection et les confins de la terre célèbrent ton éveil d’entre les morts, ô Dieu de miséricorde !

Kondakion du martyr, t.8

Fortifié par la Trinité, tu fis disparaître le culte des multiples dieux, glorieux Tryphon, vénérable dans le Seigneur ; ayant vaincu les tyrans grâce au Christ Sauveur, tu as reçu la couronne des Témoins et le pouvoir des guérisons, comme invincible martyr.

Et maintenant…

Kondakion de l’avant-fête, t.6

Celui qui dans le sein du Père est invisible, le Verbe divin, maintenant se laisse voir dans la chair, né d’une vierge ineffablement et porté par un vieillard ; prosternons-nous devant lui, car Il est en vérité notre Dieu.

Continuer la lecture

Publié dans Dimanches et fêtes, Saints et fêtes | Marqué avec , , | Un commentaire

A Bethléem – chant orthodoxe de Noël en français

Un an après le chant de Noël « Les trois mages », nous voila revenus avec un autre chant de Noël, traduit du roumain par Bogdan Zaman, Constantin Zaman et Mariana Morariu, adapté par la suite par le père Jean Boboc, et interprété par moi-même (P. Iulian).

Démarrez l’audio avec la petite flèche verte et suivez le texte français. A la fin, j’ai inseré aussi une variante audio en roumain, pour se faire une idée de cela.

A Bethléem (audio)

Fichier audio: Cliquez ici pour télécharger.

  • Longueur: 1 744 394
  • Auteur: Bogdan Zaman, Constantin Zaman, Mariana Morariu
  • Date: 24 Décembre 2008

A Bethléem (texte)

A Bethléem, saint endroit,
Le ciel s’illumina.
La Vierge
Met au monde le Divin Roi.

Dans l’étable Il naquit
Notre Christ, l’Enfant béni.
Ô, Vierge,
Doucement elle pleure ainsi.

Ni couffin pour Le border,
Ou tenue pour L’habiller,
La Vierge
N’a pour le bon Prince sacré.

Notre Mère, ne pleure plus,
D’un trousseau en toile, doux,
Ô, Vierge,
Le Christ sera vêtu.

Le ciel est son berceau,
L’amour l’habit le plus beau,
Ô, Vierge,
Pour le Christ, Epoux-Dieu.

Continuer la lecture

Publié dans Audio | Marqué avec , , , | 2 commentaires

Jeudi 25 décembre 2008, naissance humaine de Jésus Christ, Fils unique engendré de Dieu

Jeudi 25 décembre 2008, naissance humaine de Jésus Christ, Fils unique engendré de Dieu

Antienne 1 (en ton occurrent)

Icone de la Nativite, faite à  Patmos, monastère de l'EvangelismosSeigneur, je te rends grâce de tout mon cœur, dans le cercle des justes et dans l’assemblée !
Refrain :
Par les prières de la Mère de Dieu, sauve-nous, Dieu sauveur !

Grandes sont les œuvres du Seigneur : elles sont dignes d’étude et d’amour !
Refrain :
Par les prières de la Mère de Dieu, sauve-nous, Dieu sauveur !

Faste et splendeur, son ouvrage ! Sa justice demeure pour toujours !
Refrain :
Par les prières de la Mère de Dieu, sauve-nous, Dieu sauveur !

Il déclare pour toujours son alliance, saint et redoutable est son Nom ! R.
Refrain :
Par les prières de la Mère de Dieu, sauve-nous, Dieu sauveur !

Gloire… et maintenant…
Refrain : Par les prières de la Mère de Dieu, sauve-nous, Dieu sauveur !

Antienne 2 (en ton occurrent)

Bienheureux qui craint le Seigneur, qui se plaît à ses préceptes !
Refrain : Sauve-nous, ô Fils de Dieu, Toi qui es né de la Vierge ! Nous te chantons : Alléluia !

Opulence et bien-être en sa maison, sa justice demeure à jamais.
Refrain : Sauve-nous, ô Fils de Dieu, Toi qui es né de la Vierge ! Nous te chantons : Alléluia !

Il se lève en la ténèbre, Lumière des cœurs droits !
Refrain : Sauve-nous, ô Fils de Dieu, Toi qui es né de la Vierge ! Nous te chantons : Alléluia !

Gloire… et maintenant… Fils unique et Verbe de Dieu, Toi qui es immortel…

Antienne 3 (en ton 4)

Oracle du Seigneur mon Maître : Siège à ma droite, de tes ennemis Je ferai l’escabeau de tes pieds.
Refrain : le tropaire en ton 4 (cf. plus bas)

De Sion le Seigneur étendra ton sceptre de puissance : domine au cœur de l’ennemi !
Refrain.

A toi la royauté au jour de ta naissance, dans la splendeur, la sainteté !
Refrain.

Gloire… et maintenant…
Refrain.

Isodikon (chant d’entrée) 

Avant l’aurore, Je t’ai fait naître de mon sein. Le Seigneur l’a juré et Il ne se dédiera pas : Tu es pontife à jamais selon l’ordre de Melchisédech ! Sauve-nous, ô Fils de Dieu, Toi qui es né de la Vierge ! Nous te chantons : Alléluia !

Tropaire (en ton 4)

Ta naissance, ô Christ notre Dieu, a fait resplendir dans le monde la lumière de l’intelligence. Ceux qui servaient les astres sont instruis par l’astre de t’adorer Soleil de justice, et te contempler, Orient venant des hauteurs : Seigneur, gloire à toi ! (3 fois)

Gloire… et maintenant…

Kondakion (en ton 3)

La Vierge aujourd’hui met au monde l’Eternel, et la terre offre une grotte à l’Inaccessible! Les anges et les pasteurs le louent, et les mages avec l’étoile s’avancent. Car Tu es né pour nous, Enfant nouvelet, Dieu pré éternel !

Continuer la lecture

Publié dans Dimanches et fêtes | Marqué avec , , | Un commentaire

Festival de la Jeunesse Orthodoxe, 26-27-28 septembre 2008, en photos

Festival de la Jeunesse Orthodoxe, 26-27-28 septembre 2008, en photos

Festival de la jeunesse orthodoxe à JambvilleEn 2008, le Festival de la jeunesse orthodoxe s’est déroulé sous la vocable "Dieu aujourd’hui : une foi à la carte ?", en deux étapes:

  • le 26 septembre 2008 (soir) à la paroisse St Séraphim de Sarov (Paris)
  • le 27-28 septembre 2008 à Jambville (78)

Quelques photos du Festival:

Publié dans Nouvelles | Marqué avec | Laisser un commentaire