Dimanche 12 février 2012, deuxième du Triode. Dimanche du Fils Prodigue. Mémoire des saints Rioc de Landévennec, Eulalie de Barcelonne, Christos le Jardinier martyr, Mélèce patriarche d’Antioche

Dimanche 12 février 2012, deuxième du Triode. Dimanche du Fils Prodigue. Ton 2, exap. 2.
Mémoire des saints Rioc de Landévennec, Eulalie de Barcelonne, Christos le Jardinier martyr, Mélèce patriarche d’Antioche.

Tropaire de la Résurrection, t. 2 

Lorsque Tu es descendu vers la mort, immortelle Vie, l’enfer fut renversé par la splendeur de ta divinité ; et, lorsque Tu ressuscitas les morts qui gisaient au fond du tombeau, tous les anges dans les cieux se mirent à chanter : Gloire à toi, Source de vie, ô Christ notre Dieu !

Tropaire de l’église ou du monastère.

Gloire au Père et au Fils et au saint Esprit !

Kondakion de l’église ou du monastère.

Et maintenant et toujours…

Kondakion du Triode, ton 3 (nouvelle trad.)

De la gloire paternelle je me suis arraché dans ma folie ; dans les maux j’ai dilapidé la richesse que Tu m’avais donnée. Aussi vers toi je crie de la voix du débauché: « J’ai péché contre toi, ô Père miséricordieux ! Accueille-moi dans ma conversion et traite-moi comme l’un de tes salariés ! »

Prokimenon dominical, t. 2

Le Seigneur est ma force et mon chant
et Il s’est fait mon salut.

V : Le Seigneur m’a châtié et châtié encore pour m’éduquer, mais Il ne m’a pas livré à la mort.

Epître dominical (nouvelle trad.)

1 Cor. 6, 12-20

Frères, j’ai toute liberté, mais tout n’est pas utile. J’ai toute liberté, mais, moi, je ne laisserai rien de avoir pouvoir sur moi ! La nourriture est pour le ventre, le ventre pour la nourriture, et Dieu abolira l’un et l’autre. Mais le corps n’est pas pour la débauche : il est pour le Seigneur, et le Seigneur est pour le corps. Et Dieu qui a ressuscité le Seigneur, nous ressuscitera nous aussi par sa puissance. Ne savez-vous pas que vos corps sont des membres du Christ ? Vais-je donc prendre les membres du Christ pour en faire les membres d’une débauchée ? En aucun cas ! Ou bien ne savez-vous pas que celui s’unit à la débauchée ne fait avec elle qu’un seul corps ? Car il est dit : « Les deux ne feront qu’une seule chair. » Mais celui qui s’unit au Seigneur n’est avec lui qu’un seul esprit. Fuyez la débauche ! Tous les péchés que l’être humain peut commettre sont extérieurs à son corps ; mais le débauché pèche contre son propre corps. Ne savez-vous pas que votre corps est le temple de l’Esprit saint, qui est en vous et que vous tenez de Dieu ? Vous ne vous appartenez pas, car vous avez été rachetés très cher : glorifiez donc Dieu dans votre corps !

Alléluia dominical, t. 2 

Que le Seigneur t’exauce au jour de la tribulation !
Que le Nom du Dieu de Jacob te protège !

V : Seigneur, sauve le Roi, et exauce-nous, le jour où nous t’invoquerons !

Evangile dominical (n. trad.)

Luc 15, 11-32

En ce temps-là, Jésus dit la parabole suivante. Un père avait deux fils et le plus jeune lui dit : « Père, donne-moi la part qui me revient de notre fortune. » Et le père partagea les ressources entre eux. Peu de jours après, le plus jeune fils, ayant tout rassemblé, partit pour un pays lointain et, là, il dissipa sa fortune, menant une vie de perdition. Lorsqu’il eut tout dépensé, une cruelle famine toucha ce pays et il commença à être dans le dénuement. Il alla donc s’engager auprès d’un des habitants de ce pays qui l’envoya garder les porcs dans ses champs. Il aurait bien voulu se remplir le ventre des caroubes que mangeaient les porcs, et personne ne lui en donnait. Entrant en lui-même, il dit : « Tant de salariés de mon père ont du pain en abondance et moi, ici, je meurs de faim ! Je vais me lever, j’irai vers mon père et je lui dirai : ‘ Père, j’ai péché contre le ciel et devant toi ; je ne suis plus digne d’être appelé ton fils ; traite-moi comme un de tes salariés.’ » Il se leva et alla vers son père. Comme il était encore loin, son père le vit et fut saisi de miséricorde ; il courut se jeter au cou de son fils et l’embrassa tendrement. Le fils lui dit : « Père, j’ai péché contre le ciel et devant toi, je ne suis plus digne d’être appelé ton fils. » Mais le père dit à ses esclaves : « Vite, apportez le vêtement le plus beau, et revêtez-l’en ; mettez-lui un anneau à la main et des chaussures aux pieds ! Amenez le veau gras, tuez-le, mangeons et réjouissons-nous ! Mon fils que voici était mort, et il est vivant ; il était perdu et il est retrouvé !» Et ils se mirent à se réjouir. Son fils aîné était aux champs : comme il approchait de la maison, il entendit jouer des danses ; il appela un des serviteurs et lui demanda ce qui se passait. Celui-ci lui dit : « Ton frère est là, et ton père a tué le veau gras parce qu’il l’a recouvré en bonne santé. » Le fils aîné se mit en colère et ne voulait pas entrer. Mais, son père sortit pour l’en prier. Il répondit à son père : « Voilà tant d’années que je te sers comme un esclave sans jamais transgresser un seul de tes commandements, et tu ne m’as jamais donné un chevreau pour me réjouir avec mes amis ; et quand ton fils que voilà revient, après avoir dévoré tes ressources avec des débauchées, tu tues pour lui le veau gras ! » Son père lui dit : « Mon enfant, tu es toujours avec moi et tout ce qui est à moi est à toi, mais il fallait se réjouir et rendre grâce, car ton frère que voici était mort et il est vivant ; il était perdu et il est retrouvé ! »

Catéchèse

« Le père n’a pas changé, il demeure celui qui donne : Généreux avant l’égarement du fils, généreux après l’égarement du fils. La liturgie juive affirme quotidiennement : ‘Tu es un avant la Création, et Tu es un après la Création’. Dieu, le Père, ne change pas au gré de nos dérobades. Le père donne toujours ce qui lui appartient, et non ce qui appartient à son fils ; et la robe, l’anneau, les sandales rendent la dignité perdue. A l’origine, Dieu habille Adam et Eve, les habits deviennent l’honneur d’un homme, et les générosités divines s’offrent en modèle de vertu » (Philippe Haddad, Quand Jésus parlait à Israël. Une lecture juive des paraboles de Jésus, Paris 2010, p. 59-60).

Archiprêtre Marc-Antoine Costa de Beauregard

Ce contenu a été publié dans Dimanches et fêtes, Saints et fêtes, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire