Vendredi 6 janvier 2012, sainte et glorieuse Théophanie du Christ le Dieu Homme

Vendredi 6 janvier 2012, sainte et glorieuse Théophanie du Christ le Dieu Homme

Liturgie du jour : antiennes propres de la Théophanie (trad. des Septante)

Epiphanie - ThéophanieAntienne 1 en ton occurrent

Quand Israël sortit d’Egypte, et la maison de Jacob d’un peuple barbare.

Refrain : Par les prières de la Mère de Dieu, sauve-nous, Dieu sauveur !

La Judée devint son sanctuaire et Israël son domaine. Refrain.

La mer le vit et s’enfuit, le Jourdain retourna en arrière. Refrain

Qu’as-tu, mer, à t’enfuir ? et toi, Jourdain, à retourner en arrière ? Refrain

Gloire… et maintenant… Refrain

Antienne 2 en ton occurrent 

J’ai aimé, car le Seigneur entend la voix de ma prière.

Refrain : Sauve-nous, ô Fils de Dieu, Toi qui fus baptisé par Jean dans le Jourdain, nous qui te chantons : Alléluia !

Car Il a incliné vers moi son oreille, et je l’invoquerai tous les jours de ma vie. Refrain

Les douleurs de la mort m’ont environné, et les périls de l’enfer sont venus sur moi. Refrain

Je veux plaire au Seigneur dans la terre des vivants. Refrain.

Gloire… et maintenant… Fils unique et Verbe de Dieu…

Antienne 3 en ton 1 

Confessez le Seigneur, car Il est bon, car éternelle est sa miséricorde !

Refrain : le tropaire Pendant ton baptême dans le Jourdain…

Que la maison d’Israël le dise : Il est bon, car éternelle est sa miséricorde ! Refrain.

Que la maison d’Aaron le dise : Il est bon, car éternelle est sa miséricorde ! Refrain

Que ceux qui craignent le Seigneur le disent : Il est bon, car éternelle est sa miséricorde ! Refrain Gloire… et maintenant… Refrain

Isodikon (chant d’entrée)

Béni soit Celui qui vient au Nom du Seigneur ! Le Seigneur est Dieu, et Il nous est apparu ! Venez, adorons et prosternons-nous devant le Christ ! Sauve-nous, ô Fils de Dieu, Toi qui fus baptisé par Jean dans le Jourdain, nous qui te chantons : Alléluia !

Tropaire de la Théophanie en ton 1 

Pendant ton baptême dans le Jourdain, ô Christ, fut manifesté l’adoration due à la Trinité. Car la voix du Père te rendit témoignage en te nommant Fils de Dieu ; et l’Esprit, sous forme de colombe, confirmait la vérité de cette parole. Christ Dieu qui es apparu et qui as illuminé le monde : Gloire à toi !

Gloire… et maintenant…

Kondakion de la Théophanie en ton 4 

En ce jour de l’Epiphanie l’univers a vu ta gloire, car, Seigneur, Tu t’es manifesté et sur nous resplendit ta lumière. C’est pourquoi en pleine connaissance nous te chantons : « Tu es venu et t’es manifesté, Lumière inaccessible ! »

Au lieu du trisagion : Vous tous qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu le Christ, Alléluia !

Prokimenon en ton 4 : Béni soit Celui qui vient au Nom du Seigneur ! Le Seigneur est Dieu, et Il nous est apparu ! V : Confessez le Seigneur, car Il est bon, car éternelle est sa miséricorde !

Epître 

Tite 2, 11-14 ; 3, 4-7.

Tite, mon enfant, elle s’est manifestée, la grâce de Dieu, source de salut pour tous les humains ! Elle nous éduque, afin que nous renoncions à l’impiété et aux convoitises du monde, pour vivre dans le siècle présent avec tempérance, justice et piété, attendant la bienheureuse espérance et l’épiphanie de la gloire de notre grand Dieu et Sauveur Jésus Christ. Il s’est donné lui-même pour nous afin de nous racheter de toute iniquité et de purifier pour lui-même un peuple élu, zélé pour les œuvres de bien. Et lorsque se sont manifestés la bonté et l’amour pour les humains de Dieu notre Sauveur, Il nous a sauvés, non en vertu des œuvres de justice accomplies par nous, mais selon sa miséricorde, par le bain de la régénération et de la rénovation en l’Esprit saint. Cet Esprit, Il l’a richement répandu sur nous, par Jésus Christ notre Sauveur, afin que, justifiés par la grâce de celui-ci, nous devenions en espérance héritiers de la vie éternelle.

Alléluia en ton 1 

Apportez au Seigneur, fils de Dieu, apportez au Seigneur gloire et honneur ! V : La voix du Seigneur a retenti sur les eaux, le Dieu de gloire a tonné, le Seigneur au-dessus des eaux innombrables!

Evangile 

Matthieu 3, 13-17 (n. trad.)

En ce temps-là, (après avoir été annoncé par Jean) Jésus arrive de Galilée au Jourdain vers lui pour être baptisé par lui. Jean voulait l’en empêcher et disait : « Moi, j’ai besoin d’être baptisé par toi, et Toi Tu viens à moi ! » Mais Jésus lui répondit et lui dit : « Permets cela pour le moment : car c’est ainsi qu’il nous convient d’accomplir toute justice. » Alors, il le lui permet. Une fois baptisé, Jésus remonta aussitôt de l’eau. Et voici : les cieux s’ouvrirent pour lui et il vit l’Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui. Et voici : une voix du haut des cieux disait de lui : « Celui-ci est mon Fils, le Bien-aimé, en qui Je me reconnais. »

Mégalynaire en ton 2 

Magnifie, ô mon âme, celui qui vient dans le Jourdain pour s’y faire baptiser. Toute langue hésitera à prononcer l’éloge digne de toi, et l’esprit le plus subtil éprouve le vertige à te chanter, Mère de Dieu ; mais dans ta bonté reçois l’hommage de notre foi et l’élan de notre amour qui monte vers toi : car tu es la protectrice du peuple chrétien : nous te magnifions !

Koinonikon de la fête en ton occurrent: La grâce de Dieu s’est manifestée à nos yeux ; pour tous les hommes elle est la source du salut : Alléluia !

Au lieu  de Nous avons vu la vraie lumière, le tropaire de la Fête.

P. Marc-Antoine Costa de Beauregard

Ce contenu a été publié dans Dimanches et fêtes, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire