Dimanche 23 novembre 2008, 23ème après Pentecôte, 10ème après la Croix, ton 6. Après fête de la Présentation de la Mère de Dieu au Temple

Dimanche 23 novembre 2008, 23ème après Pentecôte, 10ème après la Croix, ton 6. Après fête de la Présentation de la Mère de Dieu au Temple

Tropaire de la Résurrection (ton 6)

Devant ton sépulcre, les puissances des cieux autant que les soldats, furent frappées d’effroi. Marie-Madeleine se tenait près du tombeau et cherchait ton corps immaculé. Mais Tu brisas l’enfer sans te laisser vaincre par lui ; Tu rencontras la Vierge et nous donnas la vie: Ressuscité d’entre les morts, Seigneur, gloire à toi !

Tropaire de la Présentation (ton 4)

Ce jour est le prélude de la bienveillance de Dieu et l’annonce du salut des hommes. Dans le temple de Dieu la Vierge se montre à tous et d’avance elle annonce le Christ. Et nous, nous lui crions de toutes nos voix : « Réjouis-toi, Accomplissement de l’économie du Créateur ! »

Tropaire(s) et kondakion (a) de l’église.

Gloire au Père et au Fils et au saint Esprit…

Kondakion de la Résurrection (ton 6)

De sa main vivifiante, le Seigneur Source-de-vie, le Christ notre Dieu, a fait surgir tous les morts des ténèbres de l’enfer, accordant la résurrection à tout le genre humain. Il est vraiment notre Sauveur, notre Vie, notre Résurrection et le Dieu de l’univers !

Et maintenant…

Kondakion de la Présentation de la Mère de Dieu (ton 4)

Le très saint Temple du Sauveur, sa Chambre nuptiale de grand prix, la Vierge, Trésor sacré de la gloire de Dieu, en ce jour est présentée au temple du Seigneur. Elle y apporte la grâce du saint Esprit et devant elle les anges de Dieu chantent : « Voici le Tabernacle des cieux ! »

Dimanche 23 novembre 2008, 23ème après Pentecôte, 10ème après la Croix, ton 6. Après fête de la Présentation de la Mère de Dieu au Temple

Tropaire de la Résurrection (ton 6)

Devant ton sépulcre, les puissances des cieux autant que les soldats, furent frappées d’effroi. Marie-Madeleine se tenait près du tombeau et cherchait ton corps immaculé. Mais Tu brisas l’enfer sans te laisser vaincre par lui ; Tu rencontras la Vierge et nous donnas la vie: Ressuscité d’entre les morts, Seigneur, gloire à toi !

Tropaire de la Présentation (ton 4)

Ce jour est le prélude de la bienveillance de Dieu et l’annonce du salut des hommes. Dans le temple de Dieu la Vierge se montre à tous et d’avance elle annonce le Christ. Et nous, nous lui crions de toutes nos voix : « Réjouis-toi, Accomplissement de l’économie du Créateur ! »

Tropaire(s) et kondakion (a) de l’église.

Gloire au Père et au Fils et au saint Esprit…

Kondakion de la Résurrection (ton 6)

De sa main vivifiante, le Seigneur Source-de-vie, le Christ notre Dieu, a fait surgir tous les morts des ténèbres de l’enfer, accordant la résurrection à tout le genre humain. Il est vraiment notre Sauveur, notre Vie, notre Résurrection et le Dieu de l’univers !

Et maintenant…

Kondakion de la Présentation de la Mère de Dieu (ton 4)

Le très saint Temple du Sauveur, sa Chambre nuptiale de grand prix, la Vierge, Trésor sacré de la gloire de Dieu, en ce jour est présentée au temple du Seigneur. Elle y apporte la grâce du saint Esprit et devant elle les anges de Dieu chantent : « Voici le Tabernacle des cieux ! »

Prokimenon dominical (ton 6)

Seigneur, Sauve ton peuple,
et bénis ton héritage !

Vers toi, Seigneur, je crie ; mon Dieu, ne garde pas le silence envers moi !

Epître dominical : Ephésiens 5, 8-19

Frères, conduisez-vous en fils de la Lumière, car le fruit de l’Esprit, c’est tout ce qui est bonté, justice et vérité. Sachez reconnaître ce qui plaît au Seigneur, et ne prenez aucune part aux œuvres stériles des ténèbres ; démasquez-les plutôt. Ce qui s’y fait en cachette, on rougit même d’en parler. Mais, quand ces choses-là sont démasquées, leur réalité se révèle au grand jour, car ce qui révèle tout, c’est la Lumière. C’est pourquoi l’on chante : « Toi qui dors, éveille-toi, d’entre les morts relève-toi, et le Christ t’illuminera ! » Prenez donc bien garde à votre conduite : ne vivez pas comme des insensés, mais comme des sages ; tirez parti du temps présent, car nous traversons des jours mauvais. Ne soyez donc pas irréfléchis, mais comprenez bien quelle est la volonté du Seigneur. Ne buvez pas jusqu’à l’ivresse, car le vin porte à la débauche ; laissez-vous plutôt remplir par l’Esprit saint. Dites entre vous des psaumes, des hymnes et des cantiques spirituels, chantez pour le Seigneur et psalmodiez de tout cœur.

Alléluia dominical (ton 6)

Celui qui demeure sous le secours du Très Haut repose sous la protection du Dieu du ciel.
Il dit au Seigneur : « Tu es mon soutien et mon refuge : mon Dieu, en qui je mets mon espérance ! »

Evangile dominical : Luc 12, 16-21 (notre traduction)

En ce temps-là, le Seigneur dit cette parabole. Il y avait un homme riche dont les terres avaient beaucoup rapporté ; et il se demandait en lui-même : « Que vais-je faire ? Car je n’ai pas où loger ma récolte. » Puis il se dit : « Voici ce que je vais faire. Je vais abattre mes greniers, j’en construirai de plus grands, j’y serrerai tout mon blé et mes biens, et je dirai à mon âme : Mon âme, tu as quantité de biens en réserve pour beaucoup d’années ; repose-toi, mange, bois, réjouis-toi ! » Mais Dieu lui dit : « Insensé ! Cette nuit même on va te redemander ton âme ; et ce que tu auras amassé, qui l’aura ? » Ainsi en est-il de celui qui thésaurise pour lui-même, au lieu de s’enrichir en vue de Dieu.

Catéchèse/homélie : l’aumône pendant l’Avent (jeûne de Noël) et toute l’année !

L’invitation à la miséricorde active est dans l’Evangile des dimanches 2 et le 16/11 ; on la retrouve implicitement aujourd’hui avec l’expression « s’enrichir en vue de Dieu ». A l’un de nos Pères en Dieu, l’Esprit saint a inspiré ceci:

« L’aumône est proposée au chrétien, non seulement pour améliorer la condition matérielle des pauvres, mais encore pour la transfiguration de la Société et du monde par l’amour divin, car Dieu seul est miséricordieux par nature. Par l’aumône, le chrétien se dépouille et s’appauvrit pour Dieu ; et Dieu l’enrichit, en lui accordant la grâce d’aimer le prochain. Par l’aumône, Dieu purifie l’argent de l’avarice et de l’égoïsme, et le transfigure en sacrement de sa propre miséricorde. Par l’aumône, le pauvre est regardé et pris en considération en tant que personne créée par Dieu. Par la grâce du saint Esprit, celui qui pratique l’aumône verra resplendir dans le visage du pauvre l’icône du Christ, Dieu incarné, qui se montre comme le Pauvre par excellence, Lui qui se dépouille de toute gloire en assumant la condition humaine, comme le Mendiant par excellence, Lui qui se met à la merci des humains et quête leur amour, Lui qui frappe à la porte de leur cœur. L’aumône est libération du péché, assimilation au Christ, qui fait le don de lui-même en aumône précieuse et inappréciable, et assimilation aux saints qui ont été agréables à Dieu depuis la nuit des temps. Toutefois, l’aumône n’est pas seulement l’offrande aux pauvres de Dieu de l’argent qui nous est confié par lui : elle est encore le sacrifice que nous faisons au prochain de notre temps, de notre disponibilité – la place que nous ouvrons dans notre cœur à ceux qui sont nus, affamés et assoiffés des biens de la terre et du ciel. Car le pauvre est également celui qui a faim et soif de la parole de Dieu, qui est dépouillé de la chaleur de sa grâce ».

Tous les jours, nous pouvons avoir sur nous « l’argent des pauvres » que nous rencontrerons. C’est l’argent du Seigneur, que nous lui rendrons en l’offrant à celui dont nous demanderons la prière pour nous et pour notre famille.

Ce contenu a été publié dans Dimanches et fêtes, Saints et fêtes, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire