Dimanche 24 juin 2007, 4ème après la Pentecôte, nativité du saint Baptiste Jean

Dimanche 24 juin 2007, 4ème après la Pentecôte, nativité du saint Baptiste Jean

Typiques et Béatitudes avec 4 tropaires du ton et 4 de l’ode 6 du deuxième canon du Précurseur.

Tropaire de la Résurrection (ton 3)

Que les cieux se réjouissent ! Que la terre exulte d’allégresse ! Car le Seigneur a fait merveille par la force de son bras, terrassant la mort par sa propre mort et devenant d’entre les morts le Premier-né ! Du sein de l’Enfer, Il nous a tous sauvés, accordant au monde la grâce du salut.

Tropaire du Précurseur (ton 4)

Saint JeanProphète et Précurseur de la venue du Christ, nous ne pouvons te luer dignement, nous qui t’honorons avec amour. Par ta glorieuse et divine nativité, la stérilité d’une mère et le mutisme d’un père ont cessé, tandis qu’au monde est annoncée l’incarnation du Fils de Dieu.

Kondakion de la Résurrection (ton 3)

Du tombeau Tu es ressuscité en ce jour, ô Dieu de miséricorde, nous arrachant aux portes de la mort ; en ce jour Adam tressaille d’allégresse et Eve danse de joie, et tous ensemble les patriarches et les prophètes chantent inlassablement la force et la puissance de ta divinité.

Gloire au Père et et au Fils et au saint Esprit…

Kondakion du Précurseur (ton 3)

La Stérile de jadis enfante en ce jour le Précurseur du Christ, le dernier de tous les prophètes et le plus grand. Car à celui que tous ils avaient annoncé il imposa la main dans les flots du Jourdain et du Verbe divin s’est de la sorte montré Prophète, Prédicateur en même temps que Précurseur.

Et maintenant…

Kondakion de la Mère de Dieu (ton 6)

Protectrice assurée des chrétiens…

Prokimenon

…du dimanche, t. 3

Chantez pour notre Dieu, chantez ! chantez pour notre roi, chantez !
V : Tous les peuples, battez des mains ! Acclamez Dieu en éclats de joie !

…du Précurseur, t. 7

Le juste se réjouira dans le Seigneur, il mettra en lui son espérance.
V : Exauce ma prière, Seigneur, quand je te supplie !

Epître

…du dimanche et : Romains 6, 18-23

Frères, une fois affranchis du péché, vous êtes entrés au service du bien. Et (j’emploie pour vous une comparaison humaine, adaptée à la faiblesse de la chair) de même qu’on a jadis livré ses membres au service de l’impureté et de la licence pour faire le mal, il faut maintenant les mettre au service du bien pour être sanctifiés. Lorsque vous étiez esclaves du péché, vous n’étiez pas au service du bien. Quel fruit, cependant, recueilliez-vous alors d’actions dont aujourd’hui vous rougissez ? Car leur aboutissement, c’est la mort. Mais à présent qu’affranchis du péché vous êtes entrés au service de Dieu, vous recueillez un fruit qui vous mène à la sainteté et, pour finir, à l’éternelle vie. Car le salaire du péché, c’est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle dans le Christ Jésus notre Seigneur.

…du Précurseur: Romains 13, 11-14 et 15, 1-4

Frères, le salut est désormais plus près de nous qu’au temps où nous avons cru. La nuit s’avance, le jour est proche. Laissons là les œuvres de ténèbres et revêtons les armes de lumière. Comme en plein jour, conduisons-nous avec dignité : point de ripailles ni d’orgies, pas de luxure ni de débauche, pas de querelles ni de jalousies. Mais revêtez-vous du Seigneur Jésus Christ, et ne vous souciez pas de la chair pour en satisfaire les convoitises. Envers celui qui est faible dans la foi, soyez accueillants, sans vouloir discuter des opinions. Tel croit pouvoir manger de tout, tel autre n’a pas cette force et poursuit sa diète de végétarien. Que celui qui mange de tout ne méprise pas l’abstinent, et que l’abstinent ne juge pas celui qui mange de tout, puisque Dieu l’a reçu.Toi, qui es-tu pour juger le serviteur d’autrui ? Qu’il demeure ferme ou qu’il tombe, cela ne regarde que son maître. D’ailleurs, il restera ferme, car le Seigneur a le pouvoir de le soutenir.

Alléluia

…du dimanche, t. 3

En toi, Seigneur, j’espère : que je ne sois jamais déçu !

Sois pour moi le Dieu qui me protège, la forteresse où je trouve le salut !

…du Précurseur, t. 1

Béni soit le Seigneur, le Dieu d’Israël : car Il a visité et racheté son peuple.

Et toi, petit enfant, on t’appellera Prophète du Très Haut.

Evangile

…du dimanche: Matthieu 8, 5-13 (n.trad.)

En ce temps-là, comme Jésus entrait dans Capharnaüm, un centurion vint à sa rencontre, l’appela à l’aide et lui dit : « Seigneur, mon domestique est couché à la maison ; il est paralysé et souffre terriblement. » Jésus lui dit : « Moi, Je vais aller le soigner. » Mais le centurion répondit : « Seigneur, je ne suis pas digne que Tu entres sous mon toit. Mais parle seulement d’une parole et mon domestique sera guéri. Je suis moi-même un être humain soumis à un pouvoir, et j’ai des soldats sous moi. Je dis à celui-ci : « Va ! » et il va ; à l’autre : « Viens ! » et il vient ; et à mon esclave : « Fais ceci ! » et il le fait. » Quand Jésus l’entendit, Il fut dans l’admiration et Il dit à ceux qui le suivaient : « Amen ! Je vous le dis : chez personne en Israël Je n’ai trouvé une telle foi. Je vous le dis : beaucoup viendront du levant et du couchant et prendront place à table avec Abraham, Isaac et Jacob dans le Royaume des cieux. Mais les fils du Royaume seront jetés dans l’obscurité extérieure : il y aura là des pleurs et des grincements de dents. » Et Jésus dit au centurion : « Va ! Qu’il t’advienne selon ta foi ! » Et à cette heure-là, le domestique fut guéri.

…du Précurseur: Luc 1, 5-25, 57-68, 76, 80

Aux jours d’Hérode roi de Judée, il y eut un sacrificateur du nom de Zacharie, de la classe d’Abia, et sa femme était des filles d’Aaron et son nom était Elisabeth. Tous deux étaient justes devant Dieu et ils suivaient, irréprochables, tous les commandements et les observances du Seigneur. Ils n’avaient point d’enfant, parce qu’Elisabthe était stérile, et ils étaient tous deux avancés en âge. Or il advint que, tandis qu’il sacrifiait devant Dieu selon le tour de sa classe, ce fut à lui, d’après l’usage sacerdotal, d’entrer dans le sanctuaire du Seigneur offir l’encens. Et la foule du peuple se tenait dehors, en prière, à l’heure de l’encens. Lui apparut alors un ange du Seigneur se tenant à droite de l’autel de l’encens. A sa vue, Zacharie fut bouleversé et la crainte vint sur lui. Mais l’ange lui dit : « N’aie pas peur, Zacharie, car ta prière a été entendue ; ta femme Elisabeth t’engendrera un fils, et tu l’appelleras du nom de Jean. Il sera pour toi joie et allégresse, et de sa conception beaucoup se réjouiront. Car il sera grand face au Seigneur ; il ne boira ni vin ni liqueur fermentée ; dès le sein de sa mère il sera comblé de l’Esprit saint et il retournera de nombreux fils d’Israël vers le Seigneur, leur Dieu. Lui-même, il le précédera, avec l’esprit et la puissance d’Elie, pour retourner le cœur des pères vers leurs enfants et les rebelles vers la sagesse des justes, préparant pour le Seigneur un peuple bien disposé. » Et Zacharie dit à l’ange : «A quoi connaîtrai-je cela ? Car je suis un vieillard, et mon épouse est avancée en son âge. » L’ange lui répondit et dit : « Je suis Gabriel, qui me tiens face à Dieu, j’ai été envoyé te parler et t’annoncer cette bonne nouvelle. Voici, pour n’avoir pas cru à mes paroles, qui s’accompliront en leur temps, tu seras réduit au silence et ne pourras parler jusqu’au jour où cela adviendra. » Cependant le peuple attendait Zacharie et s’étonnait qu’il s’attardât dans le sanctuaire. Quand il sortit, il ne pouvait leur parler, et ils connurent qu’il avait vu une vision dans le sanctuaire ; il leur faisait signe de la tête et demeurait muet. Et il advint que les jours de son service s’accomplissant, il retourna dans sa maison. Après ces jours, son épouse Elisabeth fut enceinte et se tint cachée cinq mois. « Voilà, disait-elle, ce qu’a fait pour moi le Seigneur, au temps où, pour ôter mon opprobre parmi les humains, Il a posé sur moi son regard ! » Lorsqu’arriva pour Elisabeth le temps d’enfanter, elle fit naître un fils. Ses voisins et ses proches entendirent que le Seigneur avait magnifié sa miséricorde avec elle et partagèrent sa joie. Et il advint que le huitième jour on vint circoncir l’enfant ; on voulut l’appeler du nom de son père, Zacharie et sa mère, prenant la parole, déclara : «Non ! Il s’appellera Jean. » On lui objecta : « Personne dans ta famille ne porte ce nom ! » Alors on fit des signes à son père pour savoir comment il voulait qu’on l’appelât. Il demanda une tablette et inscrivit : « Jean est son nom ! » et tous s’étonnèrent. A l’instant même sa bouche s’ouvrit, sa langue se délia, il se mit à parler, bénissant Dieu. Et la crainte vint sur tous les voisins et partout, dans les montagnes de Judée, on racontait l’événement. Et tous ceux qui en entendirent parler le gardèrent dans leur cœur et disaient : « Que sera donc cet enfant ? » Car la main du Seigneur était avec lui. Et Zacharie son père, rempli de l’Esprit saint, se mit à prophétiser : « Béni soit le Seigneur, le Dieu d’Israël, car Il a visité et racheté son peuple ! Et toi, petit enfant, on t’appellera Prophète du Très Haut, car tu iras devant la face du Seigneur pour préparer ses voies. » Et l’enfant grandissait et se fortifiait en Esprit ; et il était dans les déserts, jusqu’aux jours de sa manifestation devant Israël.

Koinonikon habituel du dimanche : « Louez… ! » et du Précurseur : "En mémoire éternelle sera le juste, il ne craindra pas l’annonce du malheur : Alléluia !" en ton occurrent.

Catéchèse

Nouveauté de l’Esprit dans l’Eglise de Dieu. Le péché est du passé. La vie en Christ est devant nous. Elle est à l’avant du monde. Nos contemporains, et les chrétiens eux-mêmes, sont souvent, par leurs actes et leurs pensées, loin derrière, en retard !

Archiprêtre Marc-Antoine Costa de Beauregard
++

Ce contenu a été publié dans Dimanches et fêtes, Saints et fêtes, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire