Dimanche 12 novembre 2006, , 25ème (22ème) après la Pentecôte, saint Jean le Miséricordieux, patriarche d’Alexandrie; saint Nil l’Ascète

Dimanche 12 novembre 2006, , 25ème (22ème) après la Pentecôte, saint Jean le Miséricordieux, patriarche d’Alexandrie; saint Nil l’Ascète

Tropaire de la Résurrection (ton 5)

Fidèles, chantons et adorons le Verbe coéternel au Père et à l’Esprit. Il est né de la Vierge pour notre salut, Il a daigné dans sa chair monter sur la Croix et supporter la mort, afin de ressusciter les morts par sa glorieuse Résurrection.

Tropaire (s) et kondakion (a) de l’église

Gloire au Père et au Fils et au saint Esprit…

Kondakion de la Résurrection (ton 5)

Des enfers où Tu descendis, ô mon Sauveur, Tu as brisé les portes, ô Tout-puissant, pour ressusciter les morts, ô Créateur !
Tu brisas l’aiguillon de la mort, Adam fut délivré de la malédiction, et nous, Seigneur, nous te crions : Sauve-nous, dans ton amour pour les hommes !

Et maintenant et toujours …

Kondakion de la Mère de Dieu (ton 6)

Protectrice assurée des chrétiens, Médiatrice sans défaillance devant le Créateur, ne dédaigne pas la voix suppliante des pécheurs ! Mais dans ta bonté ne tarde pas à nous secourir, nous qui t’invoquons avec foi: « Sois prompte dans ton intercession, et empressée dans ta prière, ô Mère de Dieu, Secours constant de ceux qui t’honorent !»

Prokimenon (ton 5)

Ps 11, 8 et 2
C’est Toi, Seigneur, qui nous garderas,
qui nous préserveras de cette génération pour l’éternité !

V : Sauve-moi, Seigneur, car il n’y a plus de saint, car les vérités ont diminué chez les fils des hommes.

Epître

Ephésiens  5, 8-19 (n. trad.)

Frères, conduisez-vous en fils de la Lumière, car le fruit de l’Esprit, c’est tout ce qui est bonté, justice et vérité. Sachez reconnaître ce qui plaît au Seigneur, et ne prenez aucune part aux œuvres stériles des ténèbres ; démasquez-les plutôt. Ce qui s’y fait en cachette, on rougit même d’en parler. Mais, quand ces choses-là sont démasquées, leur réalité se révèle au grand jour, car ce qui révèle tout, c’est la Lumière. C’est pourquoi l’on chante : « Toi qui dors, éveille-toi, d’entre les morts relève-toi, et le Christ t’illuminera ! » Prenez donc bien garde à votre conduite : ne vivez pas comme des insensés, mais comme des sages ; tirez parti du temps présent, car nous traversons des jours mauvais. Ne soyez donc pas irréfléchis, mais comprenez bien quelle est la volonté du Seigneur. Ne buvez pas jusqu’à l’ivresse, car le vin porte à la débauche ; laissez-vous plutôt remplir par l’Esprit saint. Dites entre vous des psaumes, des hymnes et des cantiques spirituels, chantez pour le Seigneur et psalmodiez de tout cœur.

Alléluia (ton 5)

Ps 88, 2 et 3
Tes miséricordes, Seigneur, éternellement je les chanterai ! De génération en génération, ma bouche annoncera ta vérité !
Car Tu as dit : « La miséricorde est un édifice éternel ». Dans les cieux est préparée ta vérité.

Evangile du dimanche

Luc 10, 25-37 (n. trad.)

En ce temps-là, voici qu’un légiste se leva et dit à Jésus pour l’éprouver : « Maître, que dois-je faire pour hériter la vie éternelle ? » Jésus lui dit : « Dans la Loi qu’est-il écrit? Comment lis-tu ? » Celui-ci répondit : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force et de toute ta pensée, et ton prochain comme toi-même ». Jésus lui dit : « Tu as bien répondu ; fais cela et tu vivras ». Mais l’autre, voulant se justifier, dit à Jésus : « Et qui est mon prochain ? » Répondant Jésus dit : « Quelqu’un descendait de Jérusalem à Jéricho, et il tomba dans les mains de brigands qui le dépouillèrent, le rouèrent de coups et s’en allèrent, le laissant à demi mort. Il se trouva qu’un prêtre descendait par cette route : il le vit, changea de côté et passa. De même un lévite, arrivant à cet endroit, l’aperçut, changea de côté et passa. Mais un Samaritain qui faisait la route arriva près de lui : il le vit et son cœur se serra. Il s’approcha, pansa ses plaies et y versa de l’huile et du vin ; puis il le prit sur sa propre monture et le conduisit dans une auberge, où il prit soin de lui. Le lendemain, il prit deux deniers et les donna à l’aubergiste et dit : Prends soin de lui, et si tu dépenses quelque chose en plus, moi je te rembourserai à mon retour. Lequel de ces trois, à ton avis – demanda Jésus – s’est montré le prochain de la personne tombée aux mains des brigands ? » L’autre dit : « C’est celui qui lui a fait miséricorde ». Alors Jésus lui dit : « Va, et toi aussi, fais de même ! »

Koinonikon (Chant de communion)

Louez le Seigneur des cieux !
Louez-le dans les lieux très hauts !
Alléluia !

Catéchèse

Vivre le carême de Noël (de saint Martin, de saint Philippe), l’Avent (depuis le 13 novembre)

  1. « Faire miséricorde » (év. du jour), thème de ce temps, illustré par le tropaire et le kondakion (la Résurrection : acte de miséricorde), le kondakion de la Mère de Dieu (qui nous protège et intercède pour nous), le prokiménon (« le Seigneur nous gardera »), l’épître : « le fruit de l’Esprit… bonté, justice et vérité », l’alléluia (les « miséricordes » de Dieu, sa miséricorde est « un édifice éternel »), et surtout l’évangile du jour où le Christ enseigne « l’amour du prochain ». Chercher avec les enfants comment appliquer ce programme pendant ce temps. Le jeûne convertit les biens (argent, nourriture, vêtements, jouets…) en aumône, et manifeste l’amour de Dieu pour tous. C’est une pratique : la fonder sur la prière pour tous ceux qui souffrent, les démunis, les désespérés, mais ne pas se contenter de la prière !
     
  2. L’amour du prochain illustré par : le Samaritain, saint Martin de Tours, le Miséricordieux (le 11), saint Jean l’Aumônier (le 12), saint Nicolas (le 5.12) ; à contrario, le mauvais riche de dimanche dernier : son péché c’est de ne pas aimer le prochain, tout proche, à sa porte. Développer pour les enfants l’exemple de ces personnages (cf. le Synaxaire). Montrer l’exemple du Christ Lui-même qui a aimé le prochain jusqu’à monter sur la Croix pour lui (à la place de Barabbas…) : Dieu « s’est montré le Prochain » de l’être humain en devenant Lui-même un homme et tout l’Homme; Dieu, Père de tous les humains, s’est fait leur Frère ; Il est leur Roi, Il s’est fait leur serviteur ; Il est riche car tout lui appartient (« la terre est à lui et tout ce qu’elle contient »), Il s’est fait pauvre (« Il n’a pas une pierre à se mettre sous la tête »), Il a voulu naître dans une grotte où logeaient les bestiaux. Il a montré son immense amour et sa tendresse pour chaque personne. Pour être disciple de Jésus, si tu aimes le Christ Jésus, ton prochain, « va, et toi aussi fais de même ! ». Tu peux, toi aussi, changer ta vie et la remplir de l’amour que Dieu a pour tous ! Toi aussi, tu peux aimer comme Dieu aime…
     
  3. Soignons la prière liturgique : « remplis par l’Esprit saint, dites entre vous des psaumes, des hymnes…, chantez pour le Seigneur et psalmodiez de tout cœur ! » (épître). Aidons les enfants à célébrer, à participer à la prière ecclésiale ; répéter avec eux les chants, expliquer les textes, préparer les fêtes, penser au gestuel, à la présence invisible du Seigneur. Nous-mêmes (les grands…), mettons de l’ordre et de l’amour dans notre façon de célébrer – de co-célébrer, nous tous membres du grand et unique sacerdoce de Jésus-Christ – préparant ainsi la grande festivité de la Nativité du Christ. L’amour du prochain est également dans la célébration liturgique !

Archiprêtre Marc-Antoine Costa de Beauregard
++

Ce contenu a été publié dans Dimanches et fêtes, Saints et fêtes, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire