Dimanche 1er octobre 2006, 19ème de Pentecôte, Protection de la Mère de Dieu ; mémoire des saints Ananie l’Apôtre, Romain le Mélode et Remi de Reims

Dimanche 1er octobre 2006, 19ème de Pentecôte, Protection de la Mère de Dieu ; mémoire des saints Ananie l’Apôtre, Romain le Mélode et Remi de Reims

Typiques et Béatitudes (+ 4 trop. du ton 7, 4 de la 3ème ode de la Fête  et 4 de la 6ème ode du Saint)

Tropaire de la Résurrection (ton 7)

Par ta Croix, Seigneur, Tu as détruit la mort ; Tu as ouvert au larron le Paradis. Tu as changé en joie le deuil des saintes femmes et Tu as donné l’ordre à tes apôtres de proclamer que Tu es ressuscité, ô Christ Dieu, pour donner au monde la grâce du salut.

Tropaire de la Protection (ton 4)

En ce jour nous célébrons ta lumineuse fête, ô Mère de Dieu, nous les fidèles protégés par ta venue  ; et, contemplant ta vénérable icône, avec tendresse nous disons : Couvre-nous de ta sainte protection et délivre-nous du mal, priant ton Fils, le Christ notre Dieu, d’accorder à nos âmes le salut !

Tropaire du saint apôtre Ananie (ton 3)

Saint apôtre Ananie, intercède auprès du Dieu de miséricorde pour qu’à nos âmes Il accorde le pardon de nos péchés !

Tropaire de saint Romain (ton 8)

Comme la trompette inspirée des cantiques du ciel, tu as réjoui l’Eglise du Christ par tes divines mélodies, toi que l’inspiration et la lumière de l’Esprit ont fait connaître au monde comme le chantre de la Mère de Dieu ; c’est pourquoi, vénérable Romain, nous t’honorons de tout cœur.

Tropaire de saint Remi (ton 4)

La justice de tes œuvres a fait de toi pour ton troupeau une règle de foi, un modèle de douceur, un maître de tempérance. C’est pourquoi tu as obtenu par ton humilité l’exaltation+ et par ta pauvreté la richesse. Père et pontife Remi, prie le Christ notre Dieu de sauver nos âmes !

Gloire…

Kondakion du saint apôtre Ananie (ton 2)

Toi qui viens à notre aide par tes ferventes intercessions et qui exauces nos demandes promptement, reçois nos prières, Ananie ; et supplie que nous fasse miséricorde le Christ, qui seul est glorifié au milieu de tous les saints.

Et maintenant….

Kondakion de la fête, t. 3

La Vierge en ce jour se tient dans l’église invisiblement avec les chœurs des saints priant pour nous notre Dieu ; et les anges et les pontifes se prosternent, les apôtres et les prophètes exultent de joie, car la divine Mère intercède pour nous auprès du Dieu antérieur aux siècles.

Prokiménon du dimanche (ton 7)

Le Seigneur donnera la force à son peuple ;
le Seigneur bénira son peuple dans la paix.

V : Apportez au Seigneur, fils de Dieu, rapportez au Seigneur gloire et honneur !

Prokiménon de la fête (ton 3)

Mon âme magnifie le Seigneur
et mon esprit exulte en Dieu mon sauveur !

V : Car Il a regardé l’humilité de sa servante : voici que désormais toutes les générations me diront bienheureuse !

Epître

2 Corinthiens 11, 31-12, 9 (usage roumain) et de la fête : Hébreux 9, 1-7

Frères, s’il faut se glorifier, je me glorifierai plutôt de ma faiblesse. Dieu, le Père du Seigneur Jésus – que son Nom soit loué pour toujours ! – sait que je ne mens pas. Quand j’étais à Damas, le gouverneur qui était au service du roi Arétas plaça des gardes aux portes de la ville pour m’arrêter. Mais on me fit passer par une fenêtre du mur de la ville et l’on me descendit dans une corbeille, et c’est ainsi que je lui échappai. Il faut donc que je me glorifie, bien que cela ne soit pas utile. Mais je vais parler maintenant des visions et des révélations que le Seigneur m’a accordées. Je connais un chrétien qui, il y a quatorze ans, fut enlevé jusqu’au troisième ciel. Je ne sais pas si c’était dans le corps ou hors du corps, Dieu seul le sait. Oui, je sais que cet homme fut enlevé jusqu’au Paradis – encore une fois, je ne sais pas si c’était dans le corps ou sans le corps, Dieu seul le sait : et là, il entendit des paroles qu’il n’est pas possible de répéter et dont il n’est pas permis à un être humain de parler. Je me glorifierai de cette personne – mais je ne me glorifierai pas de moi-même, sauf pour exprimer tout ce qui montre ma faiblesse. Si je voulais me glorifier, je ne serais pas un fou, car je dirais la vérité. Mais j’évite de me glorifier, car je ne veux pas qu’on ait de moi une opinion meilleure que celle que donne ce qu’on me voit faire et m’entend dire.
Cependant, afin que je ne sois pas rempli d’orgueil pour avoir reçu des révélations extraordinaires, il m’a été donné dans la chair une écharde, messagère de Satan pour me gifler et m’empêcher de me surestimer. Trois fois j’ai demandé au Seigneur de l’éloigner de moi. Il m’a répondu : « Ma grâce te suffit, car la puissance s’accomplit dans la faiblesse. » Je préfère donc de tout mon cœur avoir à me glorifier de mes faiblesses, pour que la puissance du Christ étende sa protection sur moi. Frères…

Alléluia du dimanche (ton 7)

Il est bon de confesser le Seigneur, et de chanter pour ton Nom, Très-Haut ! – pour annoncer au matin ta miséricorde, et ta vérité durant la nuit !

Alléluia de la Fête (ton 8)

Ecoute, ma fille, regarde et tends l’oreille !
V : Devant ta face imploreront les plus puissants.

Evangile

Luc 6, 31-36 et Luc 10, 38-42 ; 11, 27-28

En ce temps-là, Jésus dit à ses disciples :
« Ce que vous voulez que les gens fassent pour vous, faites-le également pour eux. Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle grâce y a-t-il pour vous? Même les pécheurs aiment ceux qui les aiment ! Et si vous faites du bien à ceux qui vous font du bien, quelle grâce y a-t-il pour vous ? Les pécheurs en font autant ! Et si vous prêtez seulement à ceux dont vous espérez qu’ils vous rendront, quelle grâce y a-t-il pour vous ? Des pécheurs aussi prêtent à des pécheurs pour qu’ils leur rendent la même somme ! Au contraire, aimez vos ennemis, faites-leur du bien et prêtez sans rien espérer. Votre salaire sera grand et vous serez les fils du Dieu Très-haut, car Il gratifie les ingrats et les méchants. Soyez compatissants comme votre Père est compatissant. » En ce temps-là…

Koinonikon du dimanche (Chant de communion)

Louez le Seigneur des cieux !
Louez-le dans les lieux très hauts !
Alléluia !

Koinonikon de la fête (ton 7)

Je prendrai le calice du salut
et j’invoquerai le Nom du Seigneur : Alléluia !

Catéchèse

Le monde entier jouit d’une invisible protection, le voile de la Mère de Dieu

  1. Lire dans le Synaxaire le récit de la vision qu’eut saint André le Fou de la protection invisible de la Mère de Dieu sur l’Eglise. Beaucoup de monastères et d’églises ont ce patronage. Lire le même jour la vie de saint Remi, de saint Romain le Mélode et de l’apôtre Ananie. La Vierge est la « Protectrice ».
  2. Eveillons les enfants et éveillons-nous à la réalité de la présence invisible de Dieu (commenter l’épître et l’évangile du jour). Les saintes icônes et les mystères liturgiques sont des fenêtres ouvertes à la vision de la présence bienfaisante du Seigneur, des saints, des puissances incorporelles (anges, etc.).
  3. Apprendre à s’adresser à la Mère de Dieu  (très sainte Mère de Dieu sauve-nous !), aux saints (saint Père Remi prie Dieu pour nous !), à l’ange gardien… Nos yeux peuvent les voir par le saint Esprit, et l’oreille entendre leur voix : « la paix soit avec vous ! » est une parole prononcée dans la sainte liturgie par le Christ Lui-même, comme cela fut révélé à Reims le 24 décembre 499 quand célébrait saint Remi.

Archiprêtre Marc-Antoine Costa de Beauregard
++

Ce contenu a été publié dans Dimanches et fêtes, Saints et fêtes, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire