Dimanche 3 septembre 2006, 12ème après la Pentecôte

Dimanche 3 septembre 2006, 12ème après la Pentecôte

Tropaire (hymne) de la Résurrection (ton 3)

Que les cieux se réjouissent ! que la terre exulte d’allégresse ! car le Seigneur a fait merveille par la force de son bras, terrassant la mort par sa propre mort et devenant d’entre les morts le Premier-né ! Du sein de l’Enfer, Il nous a tous sauvés, accordant au monde la grâce du salut.

Tropaire(s) et kondakion(a) de l’église.

Gloire au Père et au Fils et au saint Esprit …

Kondakion (hymne) de la Résurrection (ton 3)

Du tombeau Tu es ressuscité en ce jour, ô Dieu de miséricorde, nous arrachant aux portes de la mort ; en ce jour Adam tressaille d’allégresse et Eve danse de joie, et tous ensemble les patriarches et les prophètes chantent inlassablement la force et la puissance de ta divinité.

Et maintenant et toujours …

Kondakion de la Mère de Dieu (ton 6)

Protectrice assurée des chrétiens, Médiatrice sans défaillance devant le Créateur, ne dédaigne pas la voix suppliante des pécheurs ! Mais dans ta bonté hâte-toi de nous secourir, nous qui te crions avec foi: « Sois prompte dans ton intercession, et empressée dans ta prière, ô Mère de Dieu, Secours constant de ceux qui t’honorent ».

Prokimenon (graduel) du dimanche en ton 3

Chantez pour notre Dieu, chantez !
chantez pour notre roi, chantez !

V : Tous les peuples, battez des mains ! Acclamez Dieu en éclats de joie !

Epître

1 Corinthiens 15, 1-11

« Frères, je désire vous rappeler maintenant la Bonne Nouvelle que je vous ai annoncée, que vous avez reçue et à laquelle votre foi est fermement attachée. C’est par elle que vous êtes sauvés, si vous la retenez telle que je vous l’ai annoncée ; autrement, vous auriez cru inutilement. Je vous ai transmis l’enseignement que j’ai reçu, celui qui est le plus important : le Christ est mort pour nos péchés, comme l’avaient annoncé les Ecritures ; Il a été enterré et Il est ressuscité le troisième jour, comme l’avaient annoncé les Ecritures ; Il est apparu à Pierre, puis au douze apôtres. Ensuite, Il est apparu à plus de cinq cents de ses disciples à la fois – la plupart d’entre eux sont encore vivants, mais quelques uns sont morts. Ensuite, Il est apparu à Jacques, puis à tous les apôtres. Enfin, après eux tous, Il m’est aussi apparu à moi, et pourtant je suis comme un être né prématurément. Je suis en effet le moindre des apôtres – à vrai dire, je ne mérite même pas d’être appelé apôtre, car j’ai persécuté l’Eglise de Dieu. Mais par la grâce de Dieu je suis ce que je suis, et la grâce qu’Il m’a faite n’a pas été inefficace : au contraire, j’ai travaillé plus que tous les autres apôtres – non pas moi, en réalité, mais la grâce de Dieu qui est avec moi. Ainsi, que cela vienne de moi ou d’eux, voilà ce que nous prêchons, voilà ce que vous avez cru »

Alléluia du dimanche en ton 3

En toi, Seigneur, j’espère : que je ne sois jamais déçu !

V : Sois pour moi le Dieu qui me protège, la forteresse où je trouve le salut !

Evangile

Matthieu 19, 16-26 (n.trad.)

En ce temps-là, voici que quelqu’un s’approcha de Jésus et lui dit : « Bon Maître, que ferai-je de bien pour avoir la vie éternelle ? » Jésus lui dit : « Que m’appelles-tu bon ? Personne n’est bon si ce n’est Dieu seul. Si tu veux entrer dans la vie, obéis aux commandements.
– Auxquels ? » dit-il. Jésus répondit : « Ne tue pas ; ne commets pas d’adultère ; ne vole pas ; ne prononce pas de faux témoignage ; respecte ton père et ta mère ; aime ton prochain comme toi-même. » Le jeune homme lui dit : « Tout cela je l’ai gardé depuis l’enfance. Que ferai-je ensuite ?
– Si tu veux être parfait, lui dit Jésus, va vendre ce que tu possèdes et donne aux pauvres, et tu auras un trésor dans les cieux ; puis viens et suis-moi. »
Mais le jeune homme entendit ces paroles et s’en alla tout triste, parce qu’il avait de nombreux biens. Jésus dit alors à ses disciples : « Amen, en vérité, Je vous le déclare, un riche entre difficilement dans le Royaume des cieux. Je vous le déclare encore : il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille, qu’à un riche d’entrer dans le Royaume de Dieu. »

Les disciples entendirent : ils furent pleins de stupeur et de crainte, et ils dirent : « Alors, qui peut être sauvé ? » Jésus les regarda en face et leur dit : « De la part des humains, c’est impossible ; de la part de Dieu tout est possible. »C’est ainsi, conclut Jésus, que mon Père céleste fera avec vous, si chacun ne pardonne pas à son frère du fond de son cœur. »

Koinonikon (chant de communion) du dimanche

« Louez… »

Catéchèse

Un résumé de la vie chrétienne

  • – l’essentiel de notre foi : être chrétien, c’est croire que le Christ est vraiment ressuscité des morts et qu’Il est apparu après sa résurrection, comme l’enseigne le saint Évangile. En glorifiant le Christ ressuscité et en nous fiant au témoignage des saints de tous les temps, nous pouvons « suivre Jésus », comme Il nous y invite. « Aimez le Christ et ne préférez rien à son amour » (P. Porphyrios, +1991).
  • – le but de l’existence humaine : le salut, « le seul but de notre vie, notre raison de vivre, est d’être conduits vers la lumière de l’Esprit saint, et à l’union de l’humain et du divin » (K. Ioannidis, Géron Porphyrios, témoignages et expériences, Athènes 2005).
  • – le miracle d’être chrétien : c’est « difficile » et même « impossible ». Même si nous ne commettons pas d’actions contraires aux commandements, il nous arrive de transgresser ceux-ci en pensée. Selon les saints Pères (Macaire le Grand, Théophane le Reclus, par exemple), le début de la vie parfaite est dans la lutte contre les pensées et les inspirations perverses. Ils appellent cela la garde des pensées ou « garde du cœur ». Car le Christ a enseigné que c’est du cœur que viennent les péchés (Matthieu 15, 19). Celui qui n’accepte pas les pensées mauvaises et les empêche ainsi de venir dans son cœur, sera libre de ne pas les commettre. Celui qui accepte les suggestions du Malin, a commis ces péchés et doit les avouer le plus tôt possible pour obtenir du Seigneur l’absolution ; autrement, quand l’occasion se présentera, il les commettra. D’abord vient la pensée, puis l’imagination, et enfin l’acte, l’écrivain orthodoxe Dostoïevsky l’a montré avec le personnage de Raskolnikov dans Crime et châtiment. « N’accepte plus cette pensée », a dit le Christ à saint Silouane. Les saints Pères ont enseigné qu’il est « difficile » et même « impossible » de garder le cœur des mauvaises pensées sans l’invocation continuelle du Nom de Dieu, le jeûne, le repentir et l’amour fraternel. Mais, même faire cela tient du miracle ! Il nous est donc enseigné de demander au Seigneur la grâce de l’invoquer sans cesse, celle de jeûner en vérité, celle d’aimer le prochain, et celle indispensable de se repentir et de confesser ses péchés. Dans la confession fréquente, l’Esprit saint nous apprend à détester et haïr le péché, et à nous exposer continuellement à la miséricorde de Dieu.
  • – l’optimisme chrétien : croire que « de la part de Dieu, tout est possible » ; savoir que le Christ nous invite constamment à la vraie vie, au bonheur et à l’épanouissement dans son amour. « Le Christ est tout ; Il est la source de vie ; Il est ce qui est le plus désirable ; Il est tout : tout le beau, le bon et le bien se trouve en Christ. (…) C’est ainsi que nous sommes appelés à vivre » (P. Porphyrios, op. citat.). Rappelons-nous que Dieu manifeste sa force dans notre faiblesse!

Archiprêtre Marc-Antoine Costa de Beauregard
++

Ce contenu a été publié dans Dimanches et fêtes, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire