Dimanche 20 août 2006, 10ème après la Pentecôte ; Après-fête de la Dormition et mémoire du saint prophète Samuel

Dimanche 20 août 2006, 10ème après la Pentecôte ; après-fête de la Dormition et mémoire du saint prophète Samuel

Tropaire de la Résurrection (ton 1)

Malgré les scellés posés sur le tombeau et les soldats gardant ton corps immaculé, Tu es ressuscité le troisième jour, donnant la vie au monde, Dieu sauveur ; et du haut des cieux les anges te chantèrent : « Gloire à ta Résurrection, ô Christ, gloire à ta royauté, gloire à ton œuvre de salut, Seigneur, Ami des hommes ! »

Tropaire de la Dormition en ton 1 (n. trad.)

Dans ta conception tu as gardé la virginité ; dans ta dormition tu n’abandonnes pas le monde, ô Mère de Dieu ! Tu vas vers la Vie, étant Mère de la Vie, et par tes prières tu libères nos âmes de la mort !

Tropaire(s) et kondakion (a)de l’église. On peut ajouter ceux du Prophète Samuel

Gloire au Père et au Fils et au saint Esprit …

Kondakion de la Résurrection (ton 1)

Ressuscité du tombeau dans la gloire divine, Tu as ressuscité le monde avec toi. La nature humaine te chante comme Dieu, la mort s’évanouit, Adam jubile, Seigneur, et Eve, désormais libérée de ses liens, proclame avec allégresse : Ô Christ, c’est Toi qui accordes à tous la Résurrection !

Et maintenant et toujours …

Kondakion de la Dormition (ton 2)

La Mère de Dieu, qui jamais ne se lasse d’intercéder pour nous et dont la protection ne pouvait cesser d’être notre espérance, ne se laissa vaincre par la mort ni le tombeau, puisqu’elle la Mère de la Vie et qu’elle a rejoint la Source de la Vie, Celui qui demeura dans son sein virginal.

Prokimenon (graduel) du dimanche en ton 1

Vienne sur nous ta miséricorde, Seigneur, / comme sur toi repose notre espoir !
V : Justes, réjouissez-vous dans le Seigneur ! Aux cœurs droits convient la louange

Prokimenon de la Dormition en ton 3

Mon âme magnifie le Seigneur et mon esprit exulte de joie en Dieu mon Sauveur !
V: Il s’est penché sur son humble esclave : désormais tous les âges me diront Bienheureuse !

Epître

1 Corinthiens 4, 9-16

Frères, je pense que Dieu nous a exposés, nous les apôtres, à la dernière place, comme des condamnés à mort ; nous avons été donnés en spectacle au monde, aux anges et aux humains. Nous sommes fous à cause du Christ, mais vous, vous êtes sages en Christ ; nous sommes faibles, vous êtes forts ; vous êtes à l’honneur, nous sommes méprisés. A cette heure encore, nous avons faim, nous avons soif, nous sommes nus, maltraités, vagabonds, et nous peinons en travaillant de nos mains. On nous insulte, nous bénissons ; on nous persécute, nous endurons ; on nous calomnie, nous consolons. Nous sommes jusqu’à présent, pour ainsi dire, les ordures du monde, le déchet de l’univers.

Je ne vous écris pas cela pour vous faire honte, mais pour vous avertir, comme mes enfants bien-aimés. En effet, quand vous auriez dix mille pédagogues en Christ, vous n’avez pas plusieurs pères. C’est moi qui, par l’Evangile, vous ai engendrés en Jésus Christ. Je vous exhorte donc : soyez mes imitateurs.

Alléluia du dimanche en ton 1

Dieu m’accorde la revanche et me soumet les peuples.
V: Dieu accomplit des merveilles pour le salut de son roi ; Il fait miséricorde à son Christ, à David et à sa descendance pour les siècles

Alléluia de la Dormition en ton 8

Lève-Toi, Seigneur, pour entrer dans ton repos, Toi et l’Arche de ta sainteté !
V: Le Seigneur l’a juré à David en vérité, et Il ne se dédira point : « J’établirai sur ton trône le Fruit de ton sein. »

Evangile

Matthieu 17, 14-23

En ce temps-là, comme Jésus et ses disciples arrivaient près de la foule, un homme s’approcha de lui et lui dit en tombant à genoux : « Seigneur, fais miséricorde à mon fils ! Il est lunatique et souffre beaucoup ; il tombe souvent dans le feu ou dans l’eau. Je l’ai bien amené à tes disciples, mais ils n’ont pas pu le guérir. » Prenant la parole, Jésus dit : « Génération incroyante et perverse, jusqu’à quand serai-Je avec vous ? Jusqu’à quand aurai-Je à vous supporter ? Amenez-le-moi ici. » Jésus menaça le démon, qui sortit de l’enfant, et celui-ci fut guéri dès cette heure-là. Alors les disciples, s’approchant de Jésus, lui dirent en particulier : « Et nous, pourquoi n’avons-nous pu le chasser ? » Jésus leur dit : « A cause de la pauvreté de votre foi. Car, en vérité Je vous le déclare, si un jour vous avez de la foi gros comme une graine de moutarde, vous direz à cette montagne : « Passe d’ici là-bas », et elle y passera. Rien ne vous sera impossible. Et puis ce genre de démon ne peut s’en aller, sinon par la prière et le jeûne. »

Koinonikon (chant de communion) du dimanche

« Louez… »

Koinonikon de la Dormition en ton 1

Je prendrai le Calice du salut,
et j’invoquerai le Nom du Seigneur : Alléluia !

Catéchèse

Episcopat, prêtrise et diaconat dans l’Eglise dérivent du ministère des saints apôtres

  • Dans l’épître, saint Paul les définit par l’abnégation et le martyre: celui qui exerce le ministère apostolique endure tout (voir les expressions du texte) pour l’épanouissement des fidèles ; c’est le fondement christologique du sacerdoce ministériel : monter sur la Croix pour que les laïcs grandissent dans le sacerdoce baptismal par le saint Esprit. Il les définit encore par la paternité (« enfants bien-aimés», « père », « engendrer en Jésus Christ») et par l’exemple (« imitation »), selon l’Esprit Saint.
  • Dans l’évangile, ce ministère est défini par la foi et par l’ascèse (« prière et jeûne ») grâce auxquels Dieu accomplit des miracles par le moyen de l’évêque, du prêtre et du diacre : « rien ne vous sera impossible », leur dit le Christ. Souvenons-nous de l’exemple de saints serviteurs de l’Eglise : Martin, Germain d’Auxerre, Serge, Nectaire, Callinique de Cernica, Jean de Kronstadt – à la prière de ces saints prêtres, le Seigneur soulagea son peuple de ses souffrances. L’évangile montre qu’Il peut agir par lui-même si la foi de ses ministres est défaillante, ce qui est rassurant ! Mais l’appel au ministère apostolique est là : icône et instrument de la miséricorde infinie du Seigneur ; porte-voix de sa parole de sagesse, suppliant et glorifiant sans cesse Dieu pour son peuple et son monde, par divin amour…
  • Ceci conduit à la prière pour les évêques, les prêtres et les diacres : que le Seigneur leur accorde la grâce de communier à son sacrifice d’amour ; qu’Il fortifie leur foi ; qu’Il nous gratifie de pères spirituels véritables, expérimentés dans la prière et le jeûne – des évêques, prêtres et diacres ascètes. Et que le Seigneur supplée aux faiblesses des prêtres dont la foi est faible et la vie paresseuse ! Enfin : « Seigneur Jésus Christ, par les saintes prières de nos pères en Dieu N…, fais-nous miséricorde ! »

Archiprêtre Marc-Antoine Costa de Beauregard
++

Ce contenu a été publié dans Dimanches et fêtes, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire