Dimanche 11 juin 2006 : sainte et glorieuse Pentecôte. Descente du saint Esprit sur les apôtres et les disciples de Jésus Christ ; mémoire des apôtres Barthélémy et Barnabé

Dimanche 11 juin 2006 : sainte et glorieuse Pentecôte.
Descente du saint Esprit sur les apôtres et les disciples de Jésus Christ ; mémoire des apôtres Barthélémy et Barnabé

Antienne 1 en ton 7

Les cieux racontent la gloire de Dieu : l’œuvre de ses mains, le firmament l’annonce !
Refrain : Par les prières de la Mère de Dieu, sauve-nous, Dieu sauveur !
Ce ne sont pas des langues ou des paroles dont la voix pourrait être comprise. R.
Par toute la terre a retenti leur message ; leurs paroles jusqu’aux limites du monde. R.
Gloire… et maintenant… R.

Antienne 2 en ton 7

Que le Seigneur t’exauce au jour de la détresse ! Que te protège le Nom du Dieu de Jacob !
Refrain : Sauve-nous, ô saint Esprit, Toi qui descendis sur les apôtres,/ nous qui te chantons : Alléluia !
Que du sanctuaire Il t’envoie son secours, et qu’Il demeure ton soutien depuis Sion ! R.
Qu’Il se souvienne de tous tes sacrifices ! Que ton holocauste lui soit agréable ! R.

Gloire… et maintenant… Fils unique et Verbe de Dieu, Toi qui es immortel…

Antienne 3, t. 8

Seigneur, en ta puissance se réjouit le Roi : combien ton salut le comble d’allégresse !
Refrain (tropaire) : Béni sois-Tu, ô Christ notre Dieu, qui as rendu maîtres en sagesse de simples pêcheurs, leur envoyant l’Esprit saint, et par eux prenant au filet l’univers entier. Ô Ami de l’Homme, gloire à toi !
Tu as exaucé le désir de son cœur ; Tu n’as pas refusé ce que demandaient ses lèvres. R.
Car Tu l’as comblé des bénédictions de ta grâce ; Tu as mis sur sa tête une couronne de pierres précieuses. R.
Gloire au Père… et maintenant… R.

Isodikon

Que ta puissance, Seigneur, soit exaltée ! Nous chanterons ta suprême majesté. Sauve-nous, ô saint Esprit, Toi qui descendis sur les apôtres, nous qui te chantons : Alléluia !

Tropaire, t. 8

Béni sois-Tu, ô Christ notre Dieu, qui as rendu maîtres en sagesse de simples pêcheurs, leur envoyant l’Esprit saint, et par eux prenant au filet l’univers entier. Ô Ami de l’Homme, gloire à toi ! 

Gloire au Père… et maintenant…

Kondakion, t. 8

Lorsque Tu descendis en confondant les nations, ô très Haut, Tu séparas les langues. Lorsque Tu distribuas les langues de feu, Tu appelas tous et tout à l’union. D’une voix unanime, chantons l’Esprit très saint !

Trisagion

Vous tous qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu le Christ : Alléluia !

Prokimenon, ton 8

Ps 18, 5 et 2 (Septante)

Leur son a retenti par toute la terre, et  leurs paroles jusqu’aux extrémités du monde.

V : Les cieux racontent la gloire de Dieu ; l’œuvre de ses mains, le firmament l’annonce !

Epître

Actes des apôtres 2, 1-11

Frères, lorsqu’arriva le jour de Pentecôte, les apôtres se trouvaient tous ensemble dans un même lieu. Soudain retentit depuis le ciel un bruit comme celui d’un souffle violent, qui remplit toute la maison où ils étaient assis. Ils virent apparaître une sorte de feu, qui se partageait en langues, pour se poser sur chacun d’eux. Alors ils furent tous remplis de l’Esprit saint et se mirent à parler en d’autres langues, chacun s’exprimant selon le don de l’Esprit. Or il y avait, séjournant à Jérusalem, des Juifs fervents, issus de toutes les nations qui sont sous le ciel. Au bruit qui se produisit, ils se rassemblèrent en foule, et chacun eut la stupéfaction d’entendre les apôtres parler sa propre langue. Déconcertés, émerveillés, ils se disaient tous, les uns aux autres : « Ces hommes qui parlent, ne sont-ils pas tous des Galiléens ? Comment se fait-il que chacun de nous les entende dans sa langue maternelle ? Nous qui sommes Parthes, Mèdes ou Elamites, qui habitons la Mésopotamie, la Judée ou la Cappadoce, le Pont, l’Asie, la Phrygie, la Pamphylie ou l’Egypte, Libyens de Cyrénaïque, Romains résidant ici, Juifs de naissance ou prosélytes, Crétois ou Arabes, tous, nous les entendons en notre propre langue proclamer les merveilles de Dieu ! »

Alléluia (ton 1)

Ps 32, 6 et 13

Par le Verbe du Seigneur les cieux ont été affermis, et par l’Esprit de sa bouche, toute leur puissance.

V : Du haut des cieux le Seigneur regarde : Il voit tous les fils des hommes.

Evangile

Jean 7, 37-52 et 8, 1-12 (n. trad.)

En ce temps-là, le dernier jour de la fête des Tentes, le grand jour, Jésus était là et Il s’écria : « Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi et que boive celui qui croit en moi. Comme l’a dit l’Ecriture, de son sein couleront des fleuves d’eau vive ». Jésus dit cela de l’Esprit que recevraient ceux qui croiraient en lui ; car l’Esprit n’avait pas encore été donné, parce que Jésus n’avait pas encore été glorifié. Alors, dans la foule, certains de ceux qui avaient entendu ces paroles disaient : « Celui-ci est vraiment le Prophète. » D’autres disaient : « Celui-ci est le Christ. » Il y en avait qui disaient : « Est-ce de Galilée que viendrait le Christ ? N’était-il pas dit dans l’Ecriture que c’est de la semence de David, et de Bethléem, la localité d’où était David, que viendrait le Christ ? » Il y eut donc division dans la foule à cause de Jésus. Certains d’entre eux voulaient se saisir de lui, mais nul ne porta la main sur lui. Les gardes vinrent donc vers les grands prêtres et les pharisiens, et ceux-ci leur dirent : « Pourquoi ne l’avez-vous pas amené ? » Les gardes répondirent : « Aucun être humain n’a jamais parlé comme parle cette personne. » Les pharisiens leur répondirent alors : « Auriez-vous, vous aussi, été égarés ? Parmi les autorités ou les pharisiens, en est-il un seul qui ait cru en lui ? Mais cette foule qui ne connaît pas la Loi, elle est maudite ! » L’un des leurs, Nicodème, qui était venu vers Jésus auparavant, leur dit : « Notre loi condamne-t-elle quelqu’un, avant de l’avoir entendu et d’avoir su ce qu’il fait ? » Ils lui répondirent : « Toi aussi serais-tu de Galilée ? Cherche et vois dans les Ecritures que de Galilée ne surgit pas de prophète. » Jésus se remit alors à leur parler et dit : « Moi, Je suis la Lumière du monde ; qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais aura la lumière de la vie. »

Mégalynaire, en t.7

Toi qui as enfanté le Christ d’une manière très pure, en permettant au Verbe de prendre chair au sein de sa créature, ô Mère inépousée, virginale Génitrice de Dieu, Habitacle de l’Infini, Séjour du Créateur de toutes choses, nous chantons ta gloire !

Koinonikon, en ton 7

Que ton Esprit de bonté me conduise sur un chemin de rectitude : Alléluia !

Catéchèse

La Pentecôte accomplit la mission de Jésus Christ, le Fils unique du Père (livre des Actes des apôtres)

  1. Dans le judaïsme : une des 3 fêtes (avec Pâque et les Tentes) où Israël doit se présenter devant le Seigneur (Dt. 16, 16) au lieu choisi par Lui pour invoquer son Nom. Fête de la moisson (Ex 23, 16 ; Nb 28,26 ; Lv 23, 16). Anniversaire de l’Alliance conclue 50 jours après la sortie d’Egypte. (Vocabulaire de théologie biblique, Paris, 1995, pp. 959-961)

  2. Dans l’Eglise : c’est une théophanie (Ac 2, 4 ; 2, 5-11) ; le don eschatologique de l’Esprit, accomplissement de la promesse (discours de saint Pierre, Ac 2, 16-36) ; couronnement de la Pâque du Christ (Ac 2, 23-33) ; assemblée de l’Eglise (Ac 2, 42) ; communauté ouverte à tous les peuples (Ac 2, 5-11 ; 10, 44), antithèse et terme de Babel (Gn 11, 1-9) ; principe de la mission ( Ac 2, 14 ; 1, 8) ; mystère du Salut : inauguration de l’Eglise gouvernée par l’Esprit jusqu’au retour glorieux du Christ, dont le culte est « l’adoration du Père en Esprit et en Vérité » (Jn 4, 5-42). L’Eglise du Christ est tout autant l’Eglise de l’Esprit ; unie au Christ par la Foi et illuminée par l’Esprit, elle est continuellement tournée vers le Père.

  3. L’Esprit est Celui qui donne aux chrétiens d’intérioriser en se l’appropriant la vie du Christ ressuscité ; l’Esprit nous inspire la grâce de faire la volonté du Père manifestée par son Fils, Jésus, le seul Engendré. La vie « en Christ » est une vie « inspirée » et « enthousiaste », c’est-à-dire habitée par Dieu et prophétique. Le disciple s’abreuve à l’Esprit dont déborde Jésus : à son tour, comme d’une source seconde, l’Esprit ruisselle de lui dans l’Eglise et pour le monde. C’est le contenu du sacrement de l’onction chrismale : le baptisé est « christifié », il reçoit l’onction pontificale et prophétique pour participer avec son chef le Christ au salut de toute la création. La prière, l’ascèse, la vie sacramentelle, l’étude de la Parole, l’assimilation de la Tradition et la pratique des commandements activent ce don tout au long de l’existence chrétienne.

Archiprêtre Marc-Antoine Costa de Beauregard
++

Ce contenu a été publié dans Dimanches et fêtes, Saints et fêtes, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire