Dimanche 30 avril 2006 : dimanche de Thomas, mémoire de saint Jacques de Zébédée

Dimanche 30 avril 2006 : dimanche de Thomas, mémoire de saint Jacques de Zébédée

Après la bénédiction initiale, le tropaire de la Résurrection : Christ est ressuscité des morts ! Par la mort Il a vaincu la mort ! A ceux qui sont dans les tombeaux, Il a donné la vie ! (3 fois en tout, par le prêtre, par le chœur et le Peuple)

Antienne 1, ton 2

Acclamez Dieu, tous les habitants de la terre ! Chantez à la gloire de son Nom ! Rendez-lui honneur et louange !
Refrain : Par les prières de la Mère de Dieu, sauve-nous, Dieu sauveur !

Dites à Dieu : Que tes œuvres sont admirables ! Si grande est ta puissance que tes ennemis te glorifient ! Refrain.

Toute la terre se prosterne devant toi et chante pour toi ! Qu’elle chante pour ton Nom, Dieu très haut ! Refrain.

Gloire au Père… et maintenant… Refrain.

Antienne 2 (ton 2)

Que Dieu nous prenne en pitié et qu’Il nous bénisse ! Qu’il fasse luire sur nous la lumière de sa face, et qu’Il ait pitié de nous !
Refrain : Sauve-nous, ô Fils de Dieu, Toi qui es ressuscité des morts, nous qui te chantons : Alléluia !

Sur la terre on connaîtra tes voies, parmi toutes les nations ton salut. Refrain.

Que les peuples te rendent grâce, Seigneur ! Que tous les peuples te rendent grâce ! Refrain.

Que vous bénisse notre Dieu ! Que le craignent tous les confins de l’univers ! Refrain.

Gloire au Père… et maintenant… Refrain.

Fils unique et Verbe de Dieu…

Antienne 3

Que Dieu se lève et que ses ennemis se dispersent ! Que ses adversaires fuient devant sa face !
Refrain : Christ est ressuscité des morts…

Périssent les impies en face de Dieu ! Mais les justes jubilent devant lui ! Refrain

Voici le jour que le Seigneur a fait : soyons dans la joie et l’allégresse ! Refrain

Gloire au Père… et maintenant… Refrain

Isodikon

Dans vos assemblées bénissez le Seigneur, le Dieu de la source d’Israël ! Sauve-nous, ô Fils de Dieu, Toi qui es ressuscité des morts, nous qui te chantons : Alléluia !

Tropaire en ton 7

Malgré les scellés posés sur le tombeau, comme la Vie Tu surgis de tombe, ô Christ notre Dieu ! Et, malgré les portes fermées, à tes disciples Tu t’es manifesté, universelle Résurrection, renouvelant en nos coeurs l’Esprit de vérité par ton immense miséricorde.

Gloire… et maintenant…

Kondakion (ton 8)

De sa main fureteuse, l’apôtre Thomas explora ton côté vivifiant, ô Christ notre Dieu, et, toutes portes étant fermées lorsque Tu vins au milieu des disciples, il te cria : « Tu es en vérité mon Seigneur et mon Dieu ! »

Prokimenon, ton 3

Ps 146, 5 et 1
Il est grand, notre Seigneur ! Grande est sa puissance, et il n’y a pas de mesure à son intelligence.

V : Louez le Seigneur, car il est doux de chanter un psaume ; que la louange soit agréable à notre Dieu !

Epître

Actes des apôtres 5, 12-20

En ces jours-là, il se faisait par la main des apôtres beaucoup de miracles et de prodiges parmi le peuple, et tous les fidèles se tenaient d’un même cœur sous le portique de Salomon. Personne d’autre n’osait se joindre à eux, mais le peuple faisait leur éloge à haute voix, si bien qu’une multitude d’hommes et de femmes accroissait de plus en plus le nombre de ceux qui croyaient au Seigneur. On allait jusqu’à sortir les infirmes sur les places, en les mettant sur des lits ou sur des brancards, afin qu’au passage de Pierre son ombre tout au moins couvrît l’un d’eux. La foule accourait même des cités voisines de Jérusalem, apportant des infirmes et ceux que tourmentaient les esprits mauvais ; et tous, ils étaient guéris. Alors intervint le grand prêtre, avec tous ceux de son entourage, le parti des Sadducéens. Pleins d’animosité, ils firent arrêter les apôtres et les remirent à la garde de l’Etat. Mais, pendant la nuit, un ange du Seigneur ouvrit les portes de la prison, les mena dehors et leur dit : « Allez, et, vous tenant dans le Temple, annoncez au peuple toute parole de vie ».

Alléluia (ton 8)

Ps 94, 1 et 2
Venez, exultons pour le Seigneur, acclamons Dieu notre Sauveur !

V : Allons en sa présence en le confessant, et acclamons-le au son des psaumes !

Evangile

Jean 20, 19-31

En ce temps-là, le soir de ce même jour, le premier de la semaine, les portes du lieu où étaient rassemblés les disciples étant fermées par peur des Judéens, Jésus vint et se tint au milieu d’eux et Il leur dit : « Paix à vous ! » Et, ayant dit cela, Il leur montra et ses mains et son côté. A la vue du Seigneur, les disciples se réjouirent. Jésus leur dit alors une nouvelle fois : « Paix à vous ! De même que le Père m’a envoyé, Moi aussi Je vous envoie. » Ayant dit cela, Il souffla sur eux et leur dit : « Recevez l’Esprit saint. A qui vous remettrez les péchés, ils seront remis, et à qui vous les retiendrez, ils seront retenus. »
L’un des douze, Thomas, appelé le Jumeau, n’était pas avec eux lorsque vint Jésus. Les autres disciples lui dirent donc : « Nous avons vu le Seigneur. » Mais il leur dit : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous et ne mets pas mon doigt dans la marque des clous, et ne mets pas ma main dans côté, non je ne croirai pas. » Huit jours plus tard, ses disciples étaient de nouveau à l’intérieur et Thomas avec eux. Jésus arriva, portes fermées ; Il fut parmi eux et dit : « Paix à vous ! » Puis Il dit à Thomas : « Porte ton doigt ici et vois mes mains, et porte ta main et mets-la dans mon côté et ne te montre plus incroyant, mais croyant. » Thomas lui répondit : « Mon Seigneur et mon Dieu ! » Jésus lui dit : « Parce que tu m’as vu, tu as cru. Heureux ceux qui, sans voir, croient ! » Jésus fit devant ses disciples bien d’autres signes qui ne figurent pas dans ce livre. Ceux-là ont été écrits pour que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu et que, croyant, vous possédiez la vie en son Nom.

Mégalynaire

L’ange chanta à la Pleine de grâce : Réjouis-toi, Vierge très pure, je répète, réjouis-toi ! Ton fils en vérité est ressuscité après trois passés dans le tombeau ; et Il a redressé les morts : fidèles, soyez dans l’allégresse ! Resplendis, resplendis, nouvelle Jérusalem, car sur toi la gloire du Seigneur s’est levée. Réjouis-toi et exulte, Sion, et toi, Mère de Dieu très pure, réjouis-toi, car ton fils est ressuscité ! Alléluia !

Koinonikon

Loue le Seigneur, Jérusalem ! Célèbre ton Dieu, ô Sion : Alléluia ! (Ps 147)

On chante le tropaire pascal au lieu de « Nous avons vu la vraie lumière… », et après « Gloire à toi, Christ notre Dieu, notre espérance… »

Catéchèse

Depuis la semaine de Lazare, l’Eglise vit en temps réel la passion et la résurrection du Christ

  1. Le fait historique (« séisme », dit saint Grégoire Palamas) de la Résurrection est confirmé par les témoins oculaires et le toucher de Thomas. Souligner la dimension littérale, la vérité de l‘Evangile.
  2. Le péché d’incroyance (cf. 4ème dimanche de Carême) dénoncé par les prophètes (Ex 9, 21 ; 17, 7 ; Dt 1, 32) et par le Christ (Mt 13, 54-58 ; Mc 9, 19 ; Jn 6, 36, etc.) : l’épisode de Thomas, un défi pour les Juifs et les chrétiens.
  3. Thomas, image de l’Homme double, hésitant, balançant dans l’alternative : saint Maxime dit que c’est le symptôme de l’état de chute, être captif de la liberté délibérative. A l’opposé, Nathanaël (cf. 1er dimanche de Carême), qui est « sans détour ». Croire ou ne pas croire… Etre ou ne pas être… Le Christ y oppose l’absolu de la foi-confiance : croire sur parole la Parole et Verbe de Dieu ; passer du non être à l’être dans la réponse libre, pur Oui à l’appel divin. Exemple de la Mère de Dieu : de l’hésitation au Oui. La dualité du cœur, obstacle au Salut.
  4. Valoriser aussi l’expérience sensible de Dieu incarné : nous le rencontrons dans ce qui est éprouvé. « Goûtez et voyez », dit le saint Esprit (Ps. 33, 9). Les énergies divines transfigurent les sens humains (saint Grégoire Palamas) pour les rendre capables de connaître corporellement l’Incorporel, de communier par le saint Esprit à la réalité de l’Incarnation. La foi chrétienne est, non une doctrine, mais l’expérience, répétée à travers les siècles (Tradition apostolique et patristique), de la Personne divine du Verbe et Dieu vivant. Nous aussi, fidèles du 21ème siècle, osons voir, toucher et goûter les saints Corps et Sang du Seigneur ! Vivons par le cœur, organe de la connaissance sensible de la vérité quand l’esprit contemplatif (« nous ») lui est uni dans la prière.

Archiprêtre Marc-Antoine Costa de Beauregard
++

Ce contenu a été publié dans Dimanches et fêtes, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire