Dimanche 9 avril 2006, 5ème dimanche de Carême, mémoire de sainte Marie l’Egyptienne

Dimanche 9 avril 2006, 5ème dimanche de Carême, mémoire de sainte Marie l’Egyptienne

Tropaire de la Résurrection (ton 1)

La pierre scellée par les Juifs, et ton corps très pur gardé par les soldats,
Tu ressuscites le troisième jour, ô Sauveur,
donnant la vie au monde.
C’est pourquoi les vertus célestes te crient :
       « ô Donateur de vie, gloire à ta résurrection !
       « Gloire à ton royaume !
       « Gloire à ton économie, seul Ami de l’Homme ! »

Tropaire de sainte Marie l’Egyptienne (ton 8)

Illuminée divinement par la grâce de la Croix, tu devins un brillant flambeau de conversion en renonçant aux ténèbres des passions ; c’est pourquoi saint Zosime t’a vue, vénérable Mère Marie, dans le désert comme un ange de Dieu. Puisqu’ avec lui tu habites les cieux, intercède auprès du Christ en faveur de nous tous !

Kondakion de la Résurrection (ton 1)

Dans ta gloire Tu es ressuscité du tombeau, car Tu es Dieu, et Tu as ressuscité le monde avec Toi ; les hommes T’ont célébré en tant que Dieu, et la mort est supprimée ; Adam exulte, ô Maître, Ève désormais libérée de ses liens se réjouit et clame : Tu es, ô Christ, Celui qui accorde à tous la résurrection. Gloire au Père, et au Fils, et au saint Esprit !

Kondakion de la sainte (ton 4)

Fuyant les ténèbres du péché et faisant briller sur ton cœur la lumière du repentir, tu t’avanças vers le Christ, choisissant, pour intercéder auprès de lui, sa sainte Mère immaculée. C’est pourquoi tu as trouvé la rémission de tes fautes, vénérable Marie, et sans cesse avec les anges tu exultes de joie. Et maintenant et toujours et dans les siècles des siècles : Amen !

Kondakion de la Mère de Dieu (ton 6)

Protectrice assurée des chrétiens, médiatrice sans défaillance devant le Créateur, ne dédaigne pas la voix suppliante des pécheurs ! Mais dans ta bonté hâte-toi de nous secourir, nous qui te crions avec foi: Sois prompte dans ton intercession,+ et empressée dans ta prière, ô Mère de Dieu, secours constant de ceux qui t’honorent.

Prokimenon (ton 1)

Ps 32, 22 et 1, Septante
Que ta miséricorde, Seigneur, vienne sur nous,
comme nous avons mis en toi notre espérance !

V : Exultez, les justes, dans le Seigneur ! Aux hommes droits convient la louange !

Prokimenon de la sainte (ton 4)

Ps 67, 36 et 27, Septante
Dieu est admirable dans ses saints ; Lui, le Dieu d’Israël !

V : Bénissez Dieu dans les assemblées, bénissez le Seigneur, en puisant aux sources d’Israël !

Epître

du dimanche et de la sainte: Héb. 9, 11-14  et Gal. 3, 23-29 (si deux prokimena)

Frères, le Christ a paru comme grand prêtre des biens à venir ; Il a traversé un tabernacle plus grand et plus parfait, celui qui n’est pas fait de main d’homme, c’est-à-dire qui n’appartient pas à cette création, et ce n’est pas avec le sang des boucs et des jeunes taureaux, mais avec son propre sang, qu’Il est entré une fois pour toutes dans le sanctuaire, nous ayant acquis une éternelle rédemption. Si le sang des taureaux et des boucs, si la cendre des génisses, en effet, sanctifient par leur aspersion ceux qui sont souillés, et leur procurent la pureté de la chair, combien plus le sang du Christ, qui par l’éternel Esprit s’est Lui-même offert à Dieu comme victime sans tache, purifiera-t-il notre conscience de ses œuvres de mort, pour nous permettre de rendre un culte au Dieu de vie !

Frères…

Alléluia (ton 1)

Ps 17, 48 et 51, Septante
Dieu m’accorde la revanche et me soumet les peuples !

V : Dieu accomplit des merveilles pour le salut de son roi ; Il fait miséricorde à son Christ, à David et à sa descendance pour les siècles.

Alléluia de la sainte (ton 7)

Ps 91, 2 et 14 Septante
Il est bon de confesser le Seigneur, et de chanter un psaume pour ton Nom, Très-Haut !

V : Plantés dans la maison du Seigneur, ils fleuriront dans les parvis de notre Dieu.

Evangile

du dimanche et de la sainte : Mc 10, 32-45 et Lc 7, 36-50 (si deux alléluias…)

En ce temps-là, les disciples étaient en route montant vers Jérusalem et Jésus les conduisait, et ils étaient remplis de stupeur, et ceux qui suivaient avaient peur ; Jésus prit de nouveau à part les Douze,  et commença à leur dire ce qui allait lui arriver : « Voici que nous montons vers Jérusalem et le Fils de l’Homme sera livré aux grands prêtres et aux scribes ; ils le condamneront à mort et le livreront aux nations : elles se moqueront de lui, elles lui cracheront dessus, elles le feront fouetter et mettre à mort et, après trois jours, Il ressuscitera. »

Jacques et Jean, les fils de Zébédée, s’approchèrent de lui et lui dirent : « Maître, nous voulons que Tu fasses pour nous ce que nous allons te demander. » Jésus leur dit : « Que voulez-vous que Je fasse, Moi, pour vous ? » Ils lui dirent : « Accorde-nous de siéger dans ta gloire, l’un à ta droite, l’autre à ta gauche. » Mais Jésus leur dit : « Vous ne savez pas ce que vous demandez ; pouvez-vous boire la coupe que Je bois ou être baptisés du baptême dont Je suis baptisé ? » Ils lui dirent : « Nous le pouvons. » Jésus leur dit : « La coupe que Je bois, vous la boirez et le baptême dont Je suis baptisé, vous en serez baptisés. Mais siéger à ma droite ou à ma gauche, cela ne m’appartient pas de l’accorder ; c’est à ceux pour qui c’est préparé. » Les dix entendirent et commencèrent à s’irriter contre Jacques et Jean. Jésus les appela et leur dit : « Vous savez que ceux qui passent pour chefs des nations les tiennent sous leur pouvoir et que les puissants d’entre elles disposent d’elles. Il n’en est pas ainsi parmi vous : que celui qui veut devenir grand parmi vous soit votre serviteur, et que celui qui veut être le premier parmi vous soit l’esclave de tous. Car le Fils de l’Homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir et donner sa vie en rançon pour la multitude. »

En ce temps-là…

Mégalynaire

En toi se réjouit toute la création, ô Pleine de grâce !…

Koinonikon

du dimanche (« Louez… ») et pour la sainte : « Le juste sera en mémoire éternelle, il ne craindra pas l’annonce du malheur !» – ton 1.

Catéchèse

L’Eglise, antithèse de la société civile – ecclésiologie de l’Amour vainqueur

  • Eglise apostolique : les Douze, le Christ à leur tête (les « conduisait »),  l’unique chef de son Eglise;
  • une hiérarchie de service : le plus humble (« esclave de tous ») sera le premier ; c’est celui aura renoncé à tout pouvoir en ce monde ; le seul pouvoir dans l’Eglise est celui de l’amour sacrificiel;
  • présidant la communauté ecclésiale, le Christ (« Fils de l’Homme »), « serviteur » des apôtres, libre « esclave de tous » et payant de sa vie la dette du grand nombre (la Personne de Jésus = 1000 ⁿ) ;
  • efficacité du sacrifice de soi : « le sang du Christ… rendre un culte au Dieu de vie » (épître du jour);
  • la vénération religieuse de Jésus Christ (« stupeur » des Douze, « peur » des autres) : son abnégation révèle sa divinité et le consacre en Roi de la paix (annonce de l’Entrée à Jérusalem / Rameaux) ;
  • la puissance de la Résurrection : le Crucifié ressuscité revient en gloire (symbole de la Foi) ; Il siégera (cf. le trône de l’Agneau, Apoc. 3, 21 ; 7, 17) entouré des 24 vieillards vêtus de blanc (4, 4) ; le Christ : grand prêtre et victime ; juge souverain qui paye pour les coupables ; primauté du sang versé ;
  • sainte Marie l’Egyptienne est de ceux qui purifient les souillures de leur vie par le sacrifice dans l’Esprit : les larmes du repentir équivalent le sang versé ; mort et résurrection mystiques !

Archiprêtre Marc-Antoine Costa de Beauregard
++

Ce contenu a été publié dans Dimanches et fêtes, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire