17 février 2006, Porto Alegre

Identité chrétienne et pluralité religieuse

Il est sûr et certain que des syntagmes comme « environnement pluraliste » ou « pluralité religieuse » ne sont pas aujourd’hui que des expressions à la mode. Mais il s’agit de réalités concrètes de la vie de tous les jours, dans un monde de plus en plus globalisé.

Rowan Williams« Aborder la pluralité religieuse dans une perspective chrétienne est toujours une démarche qui s’apparente au jugement » (Aram 1er, Document No. A 01, ch.19,c). Une attitude qui n’est pas le poussé d’un regard de supériorité, mais qui sort de la conscience que, comme le disait le 17 février Mgr Rowan Williams (archevêque de Canterbury, Eglise d’Angleterre — Document n° PLEN 02.1), l’identité chrétienne n’est pas liée à une autorité humaine ou idéologique ; le christianisme n’est pas une religion parmi les autres et les chrétiens ne sont pas le groupe de ceux qui suivent la doctrine d’un homme décédé il y a deux milles ans.
Mais l’identité chrétienne est, avant tout, liée à la relation porteure-de-vie avec Jésus Christ, le Fils unique de Dieu, « Lumière de Lumière, vrai Dieu de vrai Dieu » (Credo de Nicée), qui pour nous et notre salut a accepté la mort et est ressuscité le troisième jour, puis, par le baptême s’est installé au plus profond de notre cœur et agit dans notre vie. Ainsi, notre foi est aussi un don, et « celui qui a reçu un don mais ne compati pas avec celui qui ne l’a pas, perd son don » (Marc le Moine). Si le chrétien ne sais pas compatir (non pas dans le sens de « pitié », mais dans le sens fort du mot : « souffrir avec » l’autre, « porter la faiblesse » de l’autre, « s’identifier à » l’autre) avec un non-chrétien, il perd quelque chose de sa foi, il altère l’authenticité de sa foi.

La rencontre avec l’autre, avec les autres religions ou bien avec les autres confessions, ne se passe pas dans la concurrence d’un certain marché publique des religions, où on vendra notre produit (Rowan Williams, 17 février), mais sur le terrain de la rencontre avec l’image de Dieu dans l’autre, car « selon la pneumatologie chrétienne, l’œuvre du Saint Esprit est cosmique ; par des voies mystérieuses, elle rejoint des personnes de toutes les religions. C’est pourquoi l’Eglise est appelée à discerner les signes de Christ ‘caché’ et la présence du Saint Esprit dans les autres religions et dans le monde, et à témoigner du salut de Dieu en Jésus Christ. » (Aram 1er, doc. A 01, ch.19,c)

Mais la mise en pratique de cette affirmation théologique ne sera pas du tout facile. Car l’expression Extra ecclesia nulla salus (Saint Cyprien) n’a pas été jetée à la poubelle et les théologiens débattent depuis des siècles sur sa compréhension. La plupart de théologiens orthodoxes se sont mit d’accord que cette expression n’exclut pas la possibilité de l’action de l’Esprit Saint en dehors de l’Eglise (car on ne peut pas, nous, mettre des limites à la grâce de Dieu). Mais de confirmer ou de reconnaître une action expresse du Saint Esprit dans telle ou telle communauté religieuse en dehors de l’Eglise semble aussi risqué ! N’empêche que parmi les nouvelles conditions (théologiques) d’adhésion au COE il est dit expressément : « The church [candidate church, n.n.] recognizes the presence and the activity of Christ and Holy Spirit outside its own boundaries and pray for the gift of God’s wisdom to all in the awareness that other member churches also believe in the Holy Trinity and the saving grace of God” (Rule I, 3, a, 4).

Dans son discours inaugural du 15 février (le rapport du président = Doc. No. A 01) Sa Sainteté Aram 1er, catolicos de Cilicie (Eglise arménienne), modérateur sortant de COE-WCC, annonçait l’intérêt des dirigeants de COE pour une plus grande implication de cet organisme dans le dialogue interreligieux.

Sera-t-elle, une telle piste, une intuition prophétique ou bien encore une voie de dispersion pour le Conseil Œcuménique des Églises ? – Le temps en jugera.

Orthodox Women Speak : Women’s Voices and Visions on Being Church

St NinaQuelques 60 personnes ont participé, le 17 février, de 17h à 18h30, au "workshop" Orthodox Women Speak : Women’s Voices and Visions on Being Church, organisé par des femmes orthodoxes de l’Association Ste Nina, qui édite le e-journal St. Nina’s Quarterly.

Après la présentation de l’association – qui assume d’expliquer le ministère des femmes dans l’Église – et son site www.stnina.org, les discussions ont vite debordées sur la question épineuse de l’ordination de femmes…

Inter-orthodox meeting

Une rencontre inter-orthodoxe aura lieu Samedi 18 Février, entre 17h et 18h15, dans la Plenary Hall du batiment 41. Les délégués orthodoxes seront probablement informés sur les propositions orthodoxes pour le Comité centrale de COE.

A demain.

p.iulian

ichthus

P.S. Incident technique terminé. Deux nouveaux albums photos:

Ce contenu a été publié dans Nouvelles, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire