Dimanche 30 octobre 2005

Dimanche 30 octobre 2005

Tropaire de la Résurrection (ton 2)

Lorsque Tu descendis jusqu’en la mort, ô Vie immortelle, l’enfer fut tué par la splendeur de ta divinité .
Lorsque Tu relevas les morts des bas-fonds, toutes les vertus célestes te clamèrent :
       Donateur de vie, Christ Dieu, gloire à toi !

Tropaire(s) de l’église

Kondakion(-a) de l’église

Gloire au Père et au Fils et au saint Esprit …

Kondakion de la Résurrection (ton 2)

Lorsque Tu es ressuscité du tombeau, Sauveur tout-puissant,
       l’enfer à la vue de ce miracle fut saisi de frayeur ;
       les morts se sont levés
       et, en te voyant, la cr éation partage ta joie,
       Adam s’unit à l’allégresse ;
       et le monde, ô mon Sauveur, te chante pour toujours !

Et maintenant et toujours …

Kondakion de la Mère de Dieu (ton 6)

       Protectrice assurée des chrétiens,
       médiatrice sans défaillance devant le Créateur,
ne dédaigne pas la voix suppliante des pécheurs !
Mais dans ta bonté hâte-toi de nous secourir, nous qui te crions avec foi:
"Sois prompte dans ton intercession, et empressée dans ta prière, ô Mère de Dieu, secours constant de ceux qui t’honorent".

Prokimenon (ton 2)

Ps 117, 14 et 18, Septante
Le Seigneur est ma force et mon chant,
et Il s’est fait mon salut.

V : Le Seigneur m’a châtié et châtié encore pour m’éduquer, mais Il ne m’a pas livré à la mort.

Epître

Galates 6, 11-18 (usage grec et roumain)

Frères, vous le voyez : la conclusion de cette lettre, je l’écris pour vous en gros caractères, de ma propre main. Ceux qui vous imposent la circoncision, ce sont des gens qui veulent faire bonne figure devant les hommes, uniquement pour s’éviter les persécutions à cause de la Croix du Christ. D’ailleurs ces soi-disant circoncis n’observent même pas la Loi : ils veulent seulement que vous soyez circoncis, pour avoir en votre chair un motif de se glorifier. Quant à moi, que Dieu me garde de me glorifier, si ce n’est dans la Croix de notre Seigneur Jésus Christ, par qui le monde est crucifié pour moi, comme je le suis pour le monde ! Car, en Jésus Christ, ce qui importe, ce n’est ni la circoncision ni l’incirconcision, mais c’est d’être une créature nouvelle. Et à tous ceux qui suivront cette règle, paix et miséricorde, ainsi qu’à l’Israël de Dieu ! Dorénavant, que personne ne me suscite d’ennuis : je porte dans mon corps les marques du Seigneur Jésus. Frères, que la grâce de notre Seigneur Jésus Christ soit avec votre esprit : Amen !

Alléluia (ton 2)

Ps 19, 1 et 10, Septante
Que le Seigneur t’exauce au jour de la tribulation !
Que le Nom du Dieu de Jacob te protège !

V :Seigneur, sauve le Roi, et exauce-nous, le jour où nous t’invoquerons !

Evangile

Luc 16, 19-31 (usage grec et roumain)

En ce temps-là, le Seigneur dit la parabole suivante. Un homme riche s’habillait de pourpre et de lin fin, et faisait chaque jour des festins somptueux. Et un pauvre nommé Lazare gisait près de son portail, tout couvert de plaies. Il aurait bien voulu se rassasier de ce qui tombait de la table du riche, mais c’étaient plutôt les chiens qui venaient lécher ses plaies. Or le pauvre mourut et fut emporté par les anges dans le sein d’Abraham ; le riche mourut aussi et fut enseveli.

Dans le séjour des morts, en proie aux tourments, le riche leva les yeux et vit de loin Abraham, et dans le sein d’Abraham, Lazare. Alors il s’écria : « Père Abraham, miséricorde ! Envoie Lazare tremper dans l’eau le bout de son doigt pour me rafraîchir la langue, car dans ces flammes je souffre cruellement ». Abraham lui répondit : « Mon enfant, souviens-toi que tu as reçu tes biens pendant ta vie, et Lazare ses maux ; maintenant donc il trouve ici consolation, et c’est ton tour de souffrir. D’ailleurs entre vous et nous s’est ouvert un abîme profond ; et ceux qui le voudraient ne peuvent passer d’ici vers vous, pas plus que ceux qui voudraient passer de là jusqu’à nous ». Le riche dit alors : « Père, je t’en prie, envoie Lazare dans la maison de mon père. J’ai cinq frères : qu’il leur fasse la leçon, pour qu’ils ne viennent pas, eux aussi, dans ce lieu de tourments ». Et Abraham de lui répondre : « Ils ont Moïse et les prophètes, qu’ils les écoutent ! » Mais le riche reprit : « Non, Père Abraham, mais si quelqu’un de chez les morts va les trouver, ils se repentiront ». Mais Abraham lui dit : « S’ils n’écoutent pas Moïse et les prophètes, ils ne croiront pas davantage quelqu’un qui ressusciterait d’entre les morts ! »

Catéchèse

La Résurrection, renouvellement de la nature humaine par la déification

  1. Les mots à expliquer : « châtier », étymologiquement veut dire « purifier », « corriger ». L’épreuve peut être purificatrice. Le Seigneur la permet, non pour nous écraser (aussi le prions-nous « ne nous soumets pas à l’épreuve », c’est-à-dire ne permet pas que nous soyons brisés par elle), mais pour nous fortifier dans la foi et dans la grâce du saint baptême. La « circoncision », ablation rituelle du prépuce pratiquée par les Sémites, scellait dans le sang l’alliance entre Dieu et son peuple (cf. Genèse). Lui succède la « circoncision spirituelle », l’onction du saint chrême faite après le baptême, qui scelle dans l’Esprit, pour la femme comme pour l’homme, la même alliance renouvelée par le Christ Dieu. « Circoncire son cœur » c’est en retrancher, pour le purifier, les passions et toutes les préoccupations vaines de ce monde. Le croyant se purifie pour Dieu ; pour participer à la vie dans l’Esprit et connaître le Père en étant affilié à lui en Jésus Christ.

  2. Le thème de la Résurrection : commenter le tropaire, le kondakion, les versets du prokimenon et de l’alléluia.  Commenter l’expression « créature nouvelle » : en devenant Homme, le Verbe qui est Dieu, le Christ Jésus, s’est révélé le Sujet absolu de l’humanité (on dit l’hypostase). Sa personne (hypostase) divine a uni en elle-même la divinité et l’humanité. Elle a ainsi non seulement purifié, mais déifié celle-ci. La Résurrection, et l’Ascension qui suit, portent à la plénitude cette apothéose de la nature humaine. Aussi, toute personne qui met sa foi en la personne divine de Jésus vrai Dieu et vrai Homme, et surtout qui s’agrège à lui par le saint baptême, goûte et communie à cette humanité renouvelée dans sa substance-même. Ceci est l’objet de notre émerveillement et de nos louanges. Nous nous l’approprions par la foi, en « croyant celui qui est ressuscité des morts », Jésus. Les défunts eux-mêmes, ceux qui se sont endormis dans cette foi, appartiennent à cette humanité neuve. En fait le genre humain entier, universel – même ceux qui ne connaissent pas Dieu – jouit de cette humanité nouvelle : mais il faut la conversion personnelle, pour se l’approprier dans l’Esprit. L’athée, l’agnostique, le païen, le néo-paganisme à la mode ces jours-ci, appartiennent à l’humanité renouvelée en Christ, mais ne le savent pas ! Jésus Christ ne fonde pas une nouvelle religion : Il transfigure la substance de l’Homme en l’unissant à la divinité par son Incarnation ! Gloire, Seigneur, à ta divine incarnation et à ta sainte résurrection! Donne à tous les êtres humains d’y communier !

Archiprêtre Marc-Antoine Costa de Beauregard
++

Ce contenu a été publié dans Dimanches et fêtes, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Dimanche 30 octobre 2005

  1. buisson dit :

    Père, Merci pour ce blog que nous apprécions. Une précision sur l’épître de ce dimanche 30 octobre: elle ne correspond pas

  2. père iulian dit :

    Bonjour.
    Effectivement, vous avez raison.
    J’ai parlé

Laisser un commentaire