Communiqué du Patriarcat grec-orthodoxe d’Antioche et de tout l’Orient (Monastère Notre Dame de Balamand — 30 août 2013)

Press Conference Balamand - 31 August 2013[ Carol Saba: Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint copie de la version française du communiqué du Patriarcat grec-orthodoxe d'Antioche et de tout l'Orient rendu public en date de ce jour lors d'une conférence de presse présidée par Sa Béatitude Jean X, primat de l'Eglise grec-orthodoxe d'Antioche et de tout l'Orient, au monastère Notre Dame de Balamand (Liban), lors de laquelle il a évoqué la situation difficile et tendue en Syrie et au Proche Orient ainsi que la question douloureuse de l'enlèvement des deux métropolites d'Alep, Paul (YAZIGI) pour les grec-orthodoxes, et Jean (IBRAHIM) pour les syriaques orthodoxes. - source photo: Monastère patriarcal de Balamand ]

Communiqué du Patriarcat grec-orthodoxe d’Antioche et de tout l’Orient

Monastère Notre Dame de Balamand — 30 août 2013

« J’élève mes yeux vers les montagnes, d’où vient mon secours » (Psaume 121)

Nos pays traversent une période difficile et des circonstances dures. De grands dangers menacent leurs peuples. La situation douloureuse qui est devenue la nôtre nous attriste : des attentats contre les individus, les tuant, les enlevant, les déplaçant de leurs lieux de vie, l’utilisation des armes de destruction massive, le non-respect des chartes internationales, les explosions itinérantes qui détruisent les intérêts des personnes et des patries, l’instrumentalisation de la religion pour distiller la séparation entre les enfants de la même patrie. La guerre même menace désormais nos patries et les possibilités de paix deviennent difficilement atteignables. Dans ces circonstances, il importe à notre Église, qui est enracinée dans cette terre, d’affirmer les constantes sur lesquelles elle s’est appuyée de par les époques pour traiter avec les affaires publiques, et de demander aux instances internationales de prendre les mesures capables de protéger les habitants de ces contrées. Elle invite tous les États concernés à se hisser, directement ou indirectement, au-dessus de leurs propres intérêts étroits et à aider à préparer en Syrie l’assise appropriée pour renforcer les fondements de la solution politique pacifique et ce, en instaurant la logique de dialogue au lieu de celle de l’épée et du feu. Nous exhortons de même les instances supranationales à adopter de nouvelles approches pour redonner la sécurité et la tranquillité à l’être humain de cette région, qui paie le prix cher en raison de ces circonstances qui sont celles aussi du Liban, de l’Irak, de la Palestine ou de l’Égypte. Si nous lançons aujourd’hui ce cri à l’attention de l’opinion publique mondiale, c’est que les drames se répètent et portent atteinte à chacune des demeures tranquilles de nos villes et de nos villages. Nous condamnons toute atteinte aux libertés, ainsi que toutes agressions contre la dignité de la personne humaine. Nous les condamnons dans la logique de l’instinct divin qui est planté dans le cœur de chaque être humain. Nous les condamnons aussi dans la logique de l’Évangile et de l’enseignement du Christ, l’Apôtre de l’amour et de la paix. Nous les condamnons de même dans la logique des traités internationaux. C’est là notre position en tant qu’Église et comme peuple, à l’égard de tous les événements qui nous entourent aujourd’hui. Nous ne nous considérons point nous-mêmes comme une minorité religieuse et nous ne permettons pas aux autres de nous regarder ainsi à travers ce prisme mais à travers l’angle de la responsabilité nationale et du partenariat plein et entier dans la citoyenneté. Nous allons œuvrer avec toutes les personnes de bonne volonté pour élaborer une position nationale de rassemblement qui émane de nos convictions sur la personne humaine et la société, et du rôle de la politique dans la garantie de leur croissance culturelle et de civilisation. Et l’enlèvement de nos frères les métropolites Jean (IBRAHIM) et Paul (YAZIGI) n’est dans ce contexte, qu’un cas parmi de nombreux autres cas qui portent atteinte à nos compatriotes, et devant lesquels nous ne pouvons rester les bras croisés.

A cette occasion, il nous importe de rappeler que quatre mois se sont écoulés depuis cet enlèvement. Cette période a été remplie de spéculations, de pronostics, de rumeurs et d’analyses autour des raisons de leur enlèvement, des circonstances de leur captivité, et même de leur sort. Tout au long de ces mois, notre Église n’a cessé de prier pour eux, implorant Dieu le Tout puissant de les couvrir de Sa clémence. Notre Église n’a cessé de le faire tout en demeurant pleinement consciente que nos méthodes à nous, les croyants en l’amour et les promoteurs de paix, ne peuvent qu’être en harmonie avec les exigences de la foi qui est la nôtre, qui est enracinée dans la Croix et dans l’espérance de la résurrection. Et au moment où nos cœurs ainsi que les cœurs de notre peuple croyant battaient, voire même étaient essorés par la prière et l’imploration pour le retour sain et sauf de nos deux frères évêques et de tous les enlevés, le Patriarcat grec-orthodoxe d’Antioche et de tout l’Orient n’a laissé de côté aucun effort, n’a épargné aucun canal de contact avec les instances internationales et régionales sans le poursuivre, et n’a exclu aucune porte internationale, ecclésiale ou locale, sans la solliciter, mais nous n’avons pas réussi à avoir des informations attestées sur ce dossier « humain » en premier lieu. Nous ne pouvons que remercier tous les efforts qui ont été déployés ici et là pour suivre cette question, et nous apprécions les positions humanitaires nobles qui se sont exprimées et les tentatives qui nous ont présentées une main d’aide et de solidarité, même si elles n’ont pas abouti à l’objectif espéré. Il reste que les responsables de cet acte, et ceux qui se tiennent derrière eux, et ceux qui ne prêtent pas attention à leur action, sont parfaitement conscient du mauvais impact qu’a sur la région et ses habitants, l’enlèvement de telles personnalités chrétiennes. Mais nous sommes déterminés en tant que collectivité humaine croyante dans son rôle de civilisation, et comme partie intégrante et indissociable du tissu social de cette région, à ne pas s’écarter de nos positions historiques. Nous resterons enracinés dans cette terre, œuvrant â être en elle des promoteurs de paix et de dialogue. Malgré cela, nous condamnons ce qui s’est passé et nous sommes étonnés de l’absence d’actions agissantes pour mettre fin à cette réalité amère. Nous sommes aussi très perplexes, ô combien perplexes, du caractère limité des informations recueillies à propos de cet enlèvement. Pour cela, nous allons planifier de nouveaux épisodes de contacts incessants pour que les choses arrivent à une bonne conclusion, le plus rapidement possible. Le silence et l’occultation vont nous rendre encore plus déterminés et insistants à demander la libération des deux évêques, et de tous les enlevés. Nous considérons que la communauté internationale dans son ensemble est responsable de mettre fin à cette situation, en espérant que cette action de bonne volonté puisse s’étendre à la situation de la région, dans son ensemble. Nous entendons cette communauté internationale verser de temps en temps des larmes sur la situation des chrétiens d’Orient, s’attristant de ce qu’elle prétend être leur mauvaise situation. Nous n’avons pas besoin d’une telle consolation car notre sort dans nos patries est le même sort que celui de nos frères dans la citoyenneté avec lesquels nous vivons avec amour et entente depuis de longues décennies. Nous avons besoin d’une aide réelle pour dévoiler le sort de nos frères évêques, et nous sommes confiants que la société internationale, si elle veut, a la capacité d’aboutir à une solution à cette affaire.

Nous prions pour que Dieu soit clément avec ceux qui ont péri à cause de ces actions, qu’Il console les cœurs des personnes attristées, et qu’Il fortifie ceux qui sont dans la détresse.

Que le Dieu Très Haut nous garde par Sa droite, qu’Il inspire à tous le bon chemin à suivre.

Publié dans Nouvelles | Marqué avec , | Laisser un commentaire

« La beauté de la Croix dans le monde. Croix et calvaires de la Vallée d’Aries » – expo photo, Paris

Expo photo « La beauté de la Croix dans le monde. Croix et calvaires de la Vallée d’Aries » (Institut Culturel Roumain de Paris, vernissage 20 mai 2013, 18h)

Le père Iulian Nistea (Paris) et le père Ioan Gînscă (Cluj-Napoca, Roumanie) vous invitent au vernissage de leur exposition photo „La beauté de la Croix dans le monde. Croix et calvaires de la Vallée d’Aries (Transylvanie, Roumanie)”, à l’Institut Culturel Roumain de Paris – 1, rue de l’Exposition, 75007 Paris -, lundi 20 mai 2013, à 18 heures.

EXPO : La beauté de la Croix dans le monde (20-31 mai 2013, Paris)

L’exposition est un évènement dans le cadre du Festival « Pour l’amour de la Beauté » (3e édition).

Vernisage lundi 20 mai 2013, 18h, à l'Institut Culturel Roumain de Paris, 1 rue de l'Exposition, 75005 Paris

A la même occasion sera présenté le court métrage Auraria Daciae (sous-titré en français) – Scenario réalisation Ioan Gînscă. Studio Epic Film.

L’exposition sera ouverte au publique pendant trois semaines à Institut Culturel Roumain de Paris, de lundi à vendredi, de 10 à 18 heures.

Quelques photos noir et banc (I.N.) exposées:

Publié dans General | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Le Festival « Pour l’amour de la Beauté » (Paris, 16-21 mai 2013)

Le Festival « Pour l’amour de la Beauté » (Paris, 16-21 mai 2013)

Soyez Beaux!

Avec la bénédiction de Son Éminence le Métropolite JOSEPH, le Département culturel de la Métropole Orthodoxe Roumaine d’Europe Occidentale et Méridionale vous invite avec joie aux manifestations de la troisième édition du festival Pour l’amour de la Beauté (Paris, 16-21 mai 2013)

Le festival Pour l’amour de la Beauté a comme but principal de porter l’attention du public sur des créations artistiques imprégnées d’une recherche assidue du divin. À travers les débats organisés autour de ces créations, le festival tente une compréhension de la manière dont l’esprit humain, dans sa quête de proximité de l’absolu, arrive à sublimer ses formes d’expression.

La beauté – comme écho de la beauté divine et comme aboutissement d’une expérience de création qui itère, consciemment ou pas, l’acte créateur divin – constitue le repère principal selon lequel le discours du festival est structuré. À cet égard, Pour l’amour de la Beauté accentue et met en évidence la vocation de l’art de toute époque de faciliter la communication avec la sphère plus haute, invisible, du réel, d’accompagner vers l’essence du créé. À la vocation créatrice de l’artiste est corrélée celle d’explorateur, car à partir des poétiques antiques – qui réclamaient à l’art un rôle cathartique – jusqu’à l’esthétique moderne de l’art, nous percevons la création comme fruit d’une expérience personnelle complexe assumée par l’artiste. Sans une telle expérience, le labeur technique, aussi méticuleux qu’il soit, ne pourra élever l’esprit du récepteur vers une réalité plus globale par rapport à celle visible. Ce processus de création comporte lui-même les vertus d’une expérience spirituelle, la création étant le plus souvent l’expression d’un vécu ayant atteint son point culminant.

Dans l’art moderne les quêtes artistiques prennent souvent la forme d’interrogations anxieuses sur sa propre personne, sur les autres ou sur le monde entier, tandis que les aspirations exprimées rejoignent le domaine de l’immédiat. Ne participant plus à la création divine, l’acte créateur se contente d’être seulement créatif. Et pourtant, l’absolu reste un repère, bien que dégradé, dénaturé, contesté ou nié. Notre festival essaie de donner du poids à l’absolu dans l’art, de mettre en valeur l’expérience spirituelle qui caractérise les quêtes artistiques. Car ces expériences ont marqué également les créateurs et leurs œuvres, ont décanté une partie des scories objectaux, ont permis même à l’œuvre de dépasser l’intention de son auteur. En assumant l’idée dostoïevskienne selon laquelle « la beauté sauvera le monde », le festival essaie d’illustrer comment les différents arts – forts d’une complémentarité révélatrice – font résonner dans les créations proposées des échos métaphysiques, à travers les sons, les images ou les mots. Au-delà des grilles esthétiques qui peuvent confirmer des émotions artistiques et peuvent déceler des messages culturelles, la réception de ces échos exige une sensibilité aiguisée jusqu’à devenir organe de connaissance qui peut nous conduire vers Dieu, le Créateur et la Source de la beauté. Le festival aspire, justement, d’accompagner ses participants sur ce trajet, lui-même de nature spirituelle, finalement.

PROGRAMME

 JEUDI 16 MAI 2013

 

Ambassade de Roumanie (Hôtel de Béhague, 123 rue Saint-Dominique, 75007 Paris). Salle Byzantine

(entrée payante*)

19h30 Ouverture du Festival par Son Éminence le Métropolite JOSEPH.

19h45 Parole et Plénitude. One man show. Grigore LEŞE. (90 min.)

 

VENDREDI 17 MAI 2013

 

Ambassade de Roumanie (Hôtel de Béhague, 123 rue Saint-Dominique, 75007 Paris). Salle Byzantine

(entrée payante*)

19h00 Ouverture de la Soirée de Gala par Son Éminence le Métropolite JOSEPH.

Message de bienvenue par Son Excellence M. Bogdan MAZURU, Ambassadeur de Roumanie en République Française.

19h15 Concert de musique classique – Ire partie (60’).

P. Jean-Claude PENNETIER (piano), Ami FLAMMER (violon).

Georges Enesco – Sonate n° 3 pour violon et piano « À caractère populaire roumain »

Moderato malinconico. Andante sostenuto e misterioso. Allegro con brio, ma non troppo mosso.

Béla Bartók – Six danses populaires roumaines

I. Jocul cu bâtă (Danse du bâton). II. Brâul (Danse du châle). III. Pe loc (Sur place). IV. Buciumeana (Danse de Bucsum). V. Poarga Românească (Polka roumaine). VI. Mărunţel (Danse rapide).

20h15 Entracte: buffet.

20h45 Concert de musique classique – IIe partie (60’).

Diana CAZABAN (violon).

Johannes Brahms - Scherzo, op. 4

Georges Enesco - Impromptu concertant en Sol ♭, pour violon et piano

Charlotte COULAUD (piano).

Ludwig van Beethoven - Sonate n° 31, op. 110

I. Moderato cantabile molto espressivo. II. Allegro molto. III. Adagio ma non troppo – Allegro ma non troppo (Fuga).

Claude Debussy - Prélude (Livre II) : Feux d’artifices

 

SAMEDI 18 MAI 2013

 

Paroisse Sainte Parascève – Sainte Geneviève (église Saint Sulpice, 33-35 rue Saint-Sulpice, 75006 Paris)

09h00 Ouverture de la journée par Son Éminence le Métropolite JOSEPH.

Le mot « Croix ». Conférence socio-linguistique. Prof. Ém. Sanda GOLOPENŢIA, Brown University (EU).

10h30 La Sainte Croix – signe et insigne. Conférence anthropologique aux références théologiques. Dr Costion NICOLESCU.

11h30 Exposition d’anthropologie et d’ethnographie. Vernissage présenté par Mgr JOSEPH et par Dr Costion NICOLESCU.

La puissance de la Croix - In memoriam Horia BERNEA. Exposition du Musée du Paysan Roumain de Bucarest.

La croix dans la vie quotidienne du paysan roumain. Expo photos Ioniţă G. ANDRON, présentée par Remus VÂRNAV, Directeur du Musée du Pays d’Oaş.

12h00 La poésie de la Croix - Intervention musicale Grigore LEŞE et moment poétique avec Silviu BATARIUC.

12h10 Expositions de peinture, représentations graphiques d’art ancien et iconographie. Vernissage :

Par le sacrifice vers la déification - peinture « eucharistique » de Silviu BATARIUC.

Depuis le signe vers le symbole - sémiotique graphique de Constantin CIOC, Lavinia Răican.

•       Architecture-Sculpture. Valentin Scărlătescu

La puissance de la Croix - iconographie et iconologie. Conception: Alexandra MARINESCU-SAV.

12h30 Agape.

13h30 Le thème des Saints Empereurs Constantin et Hélène dans les collections du Musée National du Paysan Roumain. Conférence.

14h15 La croix et les insignes chrétiens dans les coutumes des Roumains. Conférence. Prof. Constantin ERETESCU, ethnologue, écrivain. (75’)

15h30 Constantin et Hélène. Film documentaire (60’). IDFA (2008). Metteur en scène : Andrei DĂSCĂLESCU. Avec : Constantin Vinca et Elena Vinca.

 

DIMANCHE 19 MAI 2013

 

Limours – résidence métropolitaine : 1, bd. du G-ral Leclerc, 91470 Limours

09h30 Office de la Sainte Liturgie, présidée par Son Éminence le Métropolite JOSEPH ; sont invitées toutes les paroisses d’Île-de-France.

11h30 Ô Christ ! Devant Ta Croix nous nous prosternons. Chants religieux de Transylvanie. Grigore LEŞE et un groupe de villageois de Bixad (coord. art. Prof. Iacob POP, manager art. Gheorghe CÂRCIU).

Fête foraine avec gastronomie roumaine. Exposition et foire d’art ethnographique traditionnel, art religieux et d’objets liturgiques.

 

LUNDI 20 MAI 2013

 

Paroisse Sainte Parascève – Sainte Geneviève (église Saint Sulpice, 33-35 rue Saint-Sulpice, 75006 Paris)

09h00 Ouverture de la journée par Son Éminence le Métropolite JOSEPH.

La puissance de la Sainte Croix invoquée dans les prières liturgiques et dans les icônes byzantines. Table ronde. P. Marc-Antoine COSTA DE BEAUREGARD, Emanuela TOMA, historien de l’art.

11h00 Des martyrs chrétiens. Conférence théologique. Dan PURIC, comédien, essayiste.

13h00 Agape.

 

Eglise Saint Sulpice (Place Saint-Sulpice, 75006 Paris)

(entrée payante*)

14h00 Concert de musique sacrée

Coord. artistique : Diacre Prof. Claude DELANGLE, CNSM de Paris.

Interprètes : Grigore LEŞE, Claude DELANGLE (saxophone), Odile CATELIN-DELANGLE (piano), Ruxandra IBRIC-CIORANU (soprano), Mathieu MARIAU (clavecin). (90’)

 

Institut Culturel Roumain (5 rue de l’Exposition, 75007 Paris)

18h00 La beauté de la croix dans le monde (Vallée de l’Arieş – Roumanie). Expo photos P. Ioan GÂNSCĂ et P. Iulian NISTEA. Vernissage : Acad. Răzvan THEODORESCU, Dr Costion NICOLESCU.

AD (Abrud). Court métrage. Scénario et réalisation P. Ioan GÂNSCĂ. Studio Epic Film.

18h45 Cocktail.

 

Ambassade de Roumanie (Hôtel de Béhague, 123 rue Saint-Dominique, 75007 Paris). Salle Byzantine

19h00 Le christianisme en France avant le schisme et la renaissance de l’orthodoxie à l’époque contemporaine.Conférence. Son Excellence l’Évêque MARC Nemţeanul.

19h45 Sous le signe de la croix. Le christianisme roumain, latinité et orthodoxie. Conférence. Acad. Răzvan THEODORESCU.

 

MARDI 21 MAI 2013

 

Cathédrale Métropolitaine des Saints Archanges (9 rue Jean de Beauvais, 75005 Paris)

10h00 Office de la Sainte Liturgie, présidée par Son Éminence le Métropolite JOSEPH ; sont invités toutes les paroisses d’Île-de-France.

12h00 Agape.

13h00 Départ en pèlerinage près des reliques de Sainte Hélène – église Saint Leu et Saint Gilles.

 

Église Saint Leu et Saint Gilles (92 rue Saint Denis, 75001 Paris)

13h30 L’hymne acathiste aux Saints Empereurs Constantin et Hélène près des reliques de Sainte Hélène.

14h00 Vénération des Reliques de Sainte Hélène et du Bois de la Précieuse et Vivifiante Croix du Seigneur.

14h30 Les Saints Empereurs Constantin et Hélène dans l’ actualité. Plaidoirie pour la dimension publique de la foi. Conférence. Son Excellence l’Évêque IGNACE Mureşanul.

          Clôture de la IIIe édition du Festival Pour l’amour de la Beauté.

 

*******************

Le médiateur des manifestations du Festival :

P. Emilian Marinescu – conseiller culturel

Métropole Orthodoxe Roumaine d’Europe Occidentale et Méridionale

Informations et réservations :

+ 33 6 49 24 02 86

festival@mitropolia.eu

cultural@mitropolia.eu

www.mitropolia.eu

 

* Plein tarif 25 € / Tarif réduit 10 € (14-18 ans) / Abonnement p.t. 75 € / t.r. 30 € / Enfants gratuit jusqu’à 14 ans.

Publié dans Nouvelles | Marqué avec , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Samedi, 22 septembre 2012: Présentation du livre « Le Père Païssié Olaru » à la Librairie L’Âge d’Homme (Paris)

LES ÉDITIONS L’ÂGE D’HOMME

nous invitent à la présentation du dernier volume de la collection

« Grands spirituels orthodoxes du XXe siècle » :

Archimandrite Ioannichié Balan

Le Père Païssié Olaru

Le Père Païssié Olaru

Préface de S.E. Daniel, Métropolite de Moldavie et de Bucovine

Introduction de Jean-Claude Larchet

Traduction du roumain de Félicia Dumas

Intervenants :

Monseigneur Marc Alric, évêque auxiliaire de l’Archevêché orthodoxe roumain d’Europe Occidentale

Jean-Claude Larchet, directeur de la collection « Grands spirituels orthodoxes du XXe siècle »

*

Présentation du livre, lecture, débat. Dans le cadre du cycle de conférences « L’Orthodoxie à L’Âge d’Homme »

SAMEDI 22 SEPTEMBRE 2012 À 17H30

Librairie L’Âge d’Homme

5, rue Férou – 75006 Paris

Entrée libre

***

Pour tout renseignement :

Librairie L’Âge d’Homme – Tél. : 01 55 42 79 79 

Courriel : lagedhomme@orange.fr

*

Voir aussi: Le Père Païssié Olaru sur fr.OrthodoxWiki.org.

Publié dans Nouvelles | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Samedi, 29 septembre 2012: Rencontre Annuelle de l’Association Saint-Silouane l’Athonite

ASSOCIATION SAINT-SILOUANE L’ATHONITE
Saint Silouane l'Athonite

Saint Silouane l’Athonite


RENCONTRE ANNUELLE
A l’Institut de Théologie Orthodoxe Saint-Serge

Assemblée Générale, Prière, Conférences et Échanges en ateliers autour du thème
L’ascèse chrétienne dans le mariage et la vie monastique

« Pour garder la grâce, l’homme doit être retenu en tout : mouvements, paroles, regards, pensées et nourriture. » Saint Silouane

SAMEDI 29 SEPTEMBRE 2012

Inscription possible sur place dès 9h30
- Assemblée Générale à 10h
- Prière Acathiste à 10h30
- Conférences : 11h00 et 14h30
– Repas à 12h30
- Ateliers : 16h
– Clôture : 18h

Entrée : adulte 24 euros/30 CHF – couple 36 euros/45 CHF – gratuit pour les moins de 18 ans
Repas : 12 euros/15 CHF

Intervenants: Père Placide Deseille ; Esther et Krastu Banev ; Fr. Adalberto Mainardi, de Bose

A l’Institut de Théologie Orthodoxe Saint-Serge,
93, rue de Crimée, 75019 PARIS – métro : Laumière

Pour toute information sur la Rencontre, contactez Valérie – matrona@sfr.fr

*

L’ascèse chrétienne dans le mariage et la vie monastique

« Pour garder la grâce, l’homme doit être retenu en tout : mouvements, paroles, regards, pensées et nourriture. » (Saint Silouane l’Athonite)

L’ascèse ? Qu’est-ce à dire ? Saint Silouane, un des grands saints chrétiens d’aujourd’hui, nous propose cette définition : « Pour garder la grâce, l’homme doit être retenu en tout : mouvements, paroles, regards, pensées et nourriture. »

Il reste à savoir comment, en vérité, concrétiser cela, avec justesse, dans les diverses situations où sont placés ceux qui, aujourd’hui, cherchent sincèrement à vivre l’équilibre personnel de la santé, de la sérénité, de la sobriété, de la spiritualité. Et ce n’est plus seulement le cas des moines, qui n’ont jamais cessé de le faire et ont toujours trouvé, d’époque en époque, les adaptations nécessaires. C’est aussi le cas de toute personne cherchant sincèrement l’élévation de sa vie, de sa vie dans le monde, et l’épanouissement harmonieux de son amour. Pour être libérés des fascinations du matérialisme, pour correspondre, raisonnablement, aux harmonies de la nature, pour entrer plus aisément dans les voies spirituelles, l’ascèse chrétienne, fondée sur l’esprit évangélique, éclairée par la tradition monastique, est une des voies majeures de l’éveil à l’Esprit.

Soucieuse d’approfondir cette question et d’envisager la mise en pratique de cette discipline dans les multiples situations de vie des hommes et des femmes d’aujourd’hui, l’Association Saint-Silouane l’Athonite consacre sa Rencontre annuelle, le 29 septembre 2012, à des exposés et des débats autour de ce thème.

Intervenants: Père Placide Deseille ; Esther et Krastu Banev ; Fr. Adalberto Mainardi, de Bose

- Père Placide Deseille (Higoumène du Monastère Saint-Antoine-le-Grand, France) présentera le propos et la finalité de l’ascèse chrétienne, son cadre de référence général et sa signification ;
- Frère Adalberto Mainardi (Monastero di Bose, Italie) s’intéressera à la manière dont saint Silouane conçoit l’ascèse ;
- Esther et Krastu Banev (professeurs, mariés, trois enfants, Grande-Bretagne) proposeront une réflexion sur l’ascèse dans et par le mariage chrétien ;
- Réflexion en ateliers avec l’ensemble des participants répartis en groupes de partage et de discussion. Les ateliers seront animés par des responsables de l’Association. Ces groupes enrichiront le débat et en préciseront les orientations concrètes en accueillant témoignages et réflexions.

Téléchargez:

- Affiche Rencontre 29 septembre 2012
- Formulaire d’inscription Rencontre 29 septembre 2012
- TRACT Rencontre 29 septembre 2012

Publié dans General, Nouvelles | Marqué avec , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Visages de l’oubli – exposition de photographie

Dans le cadre du festival « Pour l’amour de la beauté », Paris, mai 2012.

Visages de l'oubli

Visages de l'oubli - Exposition de photographie
P. Ioan Gînsca et P. Iulian Nistea

Vernissage: le Vendredi, 18 Mai 2012, 12h30

Eglise Saint-Sulpice, Crypte du puits
33 rue Saint Sulpice, 75006 Paris

Publié dans Nouvelles | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Dimanche 15 avril 2012 : saint et grand dimanche de Pâques. Divine liturgie selon saint Jean Chrysostome

Dimanche 15 avril 2012 : saint et grand dimanche de Pâques. Divine liturgie selon saint Jean Chrysostome

Après la bénédiction initiale, on chante : Christ est ressuscité des morts ! Par la mort Il a vaincu la mort ! A ceux qui sont dans les tombeaux, Il a donné la vie ! (3 fois, par le prêtre, et 3 fois par le chœur et le Peuple)

Resurrection du Christ1 : Que Dieu se lève et ses ennemis seront dispersés ! (tropaire 1 fois)
2 : Comme se dissipe la fumée ils se dispersent ; comme fond la cire devant le feu ! (tropaire 1 f.)
3 : Périssent les impies en face de Dieu ! Mais les justes jubilent devant lui ! (tropaire 1 f.)
4 : Voici le jour que le Seigneur a fait, soyons dans la joie et l’allégresse ! (tropaire 1 f.)
Gloire au Père et au Fils et au saint Esprit ! (tropaire 1 f.)
Et maintenant et toujours et dans les siècles des siècles : Amen ! (tropaire 1 f.)
Le prêtre chante à nouveau le tropaire jusqu’à « a vaincu la mort ! » et le chœur achève.

Antienne 1, t.2

Acclamez Dieu, tous les habitants de la terre ! Chantez à la gloire de son Nom ! Rendez-lui honneur et louange ! Refrain : Par les prières de la Mère de Dieu, / sauve-nous, Dieu sauveur !//
Dites à Dieu : Que tes œuvres sont admirables ! Si grande est ta puissance que tes ennemis te glorifient ! Refrain. Toute la terre se prosterne devant toi et chante pour toi ! Qu’elle chante pour ton Nom, Dieu très haut ! Refrain. Gloire au Père… et maintenant… Refrain./

Antienne 2, t.2 

Que Dieu nous prenne en pitié et qu’Il nous bénisse ! Qu’il fasse luire sur nous la lumière de sa face, et qu’Il ait pitié de nous !
Refrain : Sauve-nous, ô Fils de Dieu, + Toi qui es ressuscité des morts, / nous qui te chantons : Alléluia !//
Sur la terre on connaîtra tes voies, parmi toutes les nations ton salut. Refrain.
Que les peuples te rendent grâce, Seigneur ! Que tous les peuples te rendent grâce ! Refrain.
Que vous bénisse notre Dieu ! Que le craignent tous les confins de l’univers ! Refrain.
Gloire au Père… et maintenant… Refrain. Fils unique et Verbe de Dieu, Toi qui es immortel…

Antienne 3

Que Dieu se lève et que ses ennemis se dispersent ! Que ses adversaires fuient devant sa face ! Refrain : Christ est ressuscité des morts…
Périssent les impies en face de Dieu ! Mais les justes jubilent devant lui ! Refrain
Voici le jour que le Seigneur a fait : soyons dans la joie et l’allégresse ! Refrain. Gloire au Père… et maintenant… Refrain

Isodikon : Dans vos assemblées bénissez le Seigneur, le Dieu de la source d’Israël ! Sauve-nous, ô Fils de Dieu, Toi qui es ressuscité des morts, nous qui te chantons : Alléluia !  Tropaire : Christ est ressuscité des morts…

Hypakoï, en t.4 : Devançant l’aurore et trouvant la pierre roulée près du tombeau, + Marie et ses compagnes entendirent l’ange qui leur demandait:/ « Pourquoi cherchez-vous parmi les morts celui qui vit dans l’éternelle clarté ?// Voici les bandelettes : allez vite annoncer à tous+ que le Seigneur est ressuscité, triomphant de la mort, / car Il est le Fils de Dieu qui sauve le genre humain ». // Gloire… et maintenant…

Kondakion en t.8 : Lorsque Tu gisais dans le tombeau, Seigneur immortel, + Tu as brisé la puissance de l’enfer. / Et Tu es ressuscité victorieusement, ô Christ notre Dieu ; // ordonnant aux Myrrhophores de se réjouir, + visitant tes apôtres et leur donnant la paix, / Toi qui nous sauves en nous accordant la résurrection !//

Au lieu du Trisagion: Vous tous qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu le Christ, Alléluia !

Prokimenon, en t.8 : Ce jour, le Seigneur l’a fait:/ soyez dans la joie et dans l’allégresse !// V : Rendez grâce au Seigneur, car Il est bon, car éternel est son amour !

Continuer la lecture

Publié dans Dimanches et fêtes | Marqué avec , | Un commentaire

Dimanche 12 février 2012, deuxième du Triode. Dimanche du Fils Prodigue. Mémoire des saints Rioc de Landévennec, Eulalie de Barcelonne, Christos le Jardinier martyr, Mélèce patriarche d’Antioche

Dimanche 12 février 2012, deuxième du Triode. Dimanche du Fils Prodigue. Ton 2, exap. 2.
Mémoire des saints Rioc de Landévennec, Eulalie de Barcelonne, Christos le Jardinier martyr, Mélèce patriarche d’Antioche.

Tropaire de la Résurrection, t. 2 

Lorsque Tu es descendu vers la mort, immortelle Vie, l’enfer fut renversé par la splendeur de ta divinité ; et, lorsque Tu ressuscitas les morts qui gisaient au fond du tombeau, tous les anges dans les cieux se mirent à chanter : Gloire à toi, Source de vie, ô Christ notre Dieu !

Tropaire de l’église ou du monastère.

Gloire au Père et au Fils et au saint Esprit !

Kondakion de l’église ou du monastère.

Et maintenant et toujours…

Kondakion du Triode, ton 3 (nouvelle trad.)

De la gloire paternelle je me suis arraché dans ma folie ; dans les maux j’ai dilapidé la richesse que Tu m’avais donnée. Aussi vers toi je crie de la voix du débauché: « J’ai péché contre toi, ô Père miséricordieux ! Accueille-moi dans ma conversion et traite-moi comme l’un de tes salariés ! »

Prokimenon dominical, t. 2

Le Seigneur est ma force et mon chant
et Il s’est fait mon salut.

V : Le Seigneur m’a châtié et châtié encore pour m’éduquer, mais Il ne m’a pas livré à la mort.

Epître dominical (nouvelle trad.)

1 Cor. 6, 12-20

Frères, j’ai toute liberté, mais tout n’est pas utile. J’ai toute liberté, mais, moi, je ne laisserai rien de avoir pouvoir sur moi ! La nourriture est pour le ventre, le ventre pour la nourriture, et Dieu abolira l’un et l’autre. Mais le corps n’est pas pour la débauche : il est pour le Seigneur, et le Seigneur est pour le corps. Et Dieu qui a ressuscité le Seigneur, nous ressuscitera nous aussi par sa puissance. Ne savez-vous pas que vos corps sont des membres du Christ ? Vais-je donc prendre les membres du Christ pour en faire les membres d’une débauchée ? En aucun cas ! Ou bien ne savez-vous pas que celui s’unit à la débauchée ne fait avec elle qu’un seul corps ? Car il est dit : « Les deux ne feront qu’une seule chair. » Mais celui qui s’unit au Seigneur n’est avec lui qu’un seul esprit. Fuyez la débauche ! Tous les péchés que l’être humain peut commettre sont extérieurs à son corps ; mais le débauché pèche contre son propre corps. Ne savez-vous pas que votre corps est le temple de l’Esprit saint, qui est en vous et que vous tenez de Dieu ? Vous ne vous appartenez pas, car vous avez été rachetés très cher : glorifiez donc Dieu dans votre corps !

Alléluia dominical, t. 2 

Que le Seigneur t’exauce au jour de la tribulation !
Que le Nom du Dieu de Jacob te protège !

V : Seigneur, sauve le Roi, et exauce-nous, le jour où nous t’invoquerons !

Continuer la lecture

Publié dans Dimanches et fêtes, Saints et fêtes | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Dimanche 15 janvier 2012. 31ème dimanche après la Pentecôte, 17ème après la Croix. Mémoire des saints Paul de Thèbes et Jean le Calybite ; Maur d’Angers, Emebert de Cambrai et Tarcise du Rouergue

Dimanche 15 janvier 2012. 31ème dimanche après la Pentecôte, 17ème après la Croix, Ton 6, exap.9. Mémoire des saints Paul de Thèbes et Jean le Calybite ; Maur d’Angers, Emebert de Cambrai et Tarcise du Rouergue

Tropaire de la Résurrection, ton 6 

Devant ton sépulcre, les puissances des cieux autant que les soldats, furent frappées d’effroi. Marie-Madeleine se tenait près du tombeau et cherchait ton corps immaculé. Mais Tu brisas l’enfer sans te laisser vaincre par lui ; Tu rencontras la Vierge et nous donnas la vie:/ Ressuscité d’entre les morts, Seigneur, gloire à toi !

Tropaires et kondakia de l’église ou du monastère

Gloire au Père et au Fils et au saint Esprit…

Kondakion de la Résurrection en ton 6

De sa main vivifiante, le Seigneur Source-de-vie, le Christ notre Dieu, a fait surgir tous les morts des ténèbres de l’enfer, accordant la résurrection à tout le genre humain. Il est vraiment notre Sauveur, notre Vie, notre Résurrection et le Dieu de l’univers !

Et maintenant…

Kondakion de la sainte Rencontre, ton 1 

Seigneur qui par ta naissance as sanctifié le sein de la Vierge, par ta présentation Tu as béni les mains de Siméon ? En venant à notre rencontre, Tu nous as sauvés, ô Christ notre Dieu. Donne en notre temps la paix à ton Eglise, affermis nos pasteurs dans ton amour, Toi le seul Ami des hommes.

Prokimenon dominical en ton 6

Seigneur, Sauve ton peuple, et bénis ton héritage !

Vers toi, Seigneur, je crie ; mon Dieu, ne garde pas le silence envers moi !

Epître 

Colossiens 3, 4-11 (n. trad.)

Frères, votre véritable vie est cachée avec le Christ en Dieu. Quand le Christ, notre vie, sera manifesté, alors vous serez également manifestés avec lui en gloire. Faites donc mourir tout ce qui est terrestre en vous : débauche, impureté, passion, convoitise mauvaise, ainsi que l’avarice, qui est une sorte d’idolâtrie. C’est à cause de cela que vient la colère de Dieu. Vous aussi, vous erriez dans ces péchés autrefois, quand ils faisaient votre vie. Maintenant, rejetez vous aussi tout cela : colère, irritation, méchanceté, blasphème, grossièreté sortie de vos lèvres. Ne vous trompez pas les uns les autres, car vous vous êtes dévêtus de l’Homme ancien et de ses habitudes, et vous avez revêtu l’Homme nouveau, qui, dans une connaissance en profondeur, se renouvelle à l’image de Dieu son créateur. Désormais, il n’y a plus Grecs et Juifs, circoncis et incirconcis, barbares, Scythes, esclaves ou hommes libres : mais le Christ est tout et Il est en tous !

Alléluia dominical, ton 6 

Celui qui demeure sous le secours du Très Haut repose sous la protection du Dieu du ciel. – Il dit au Seigneur : « Tu es mon soutien et mon refuge : mon Dieu, en qui je mets mon espérance ! ».

Evangile 

Luc 17, 12-19 (n. trad.)

En ce temps-là, comme Jésus entrait dans un village, dix hommes lépreux vinrent à sa rencontre. Se tenant à distance, ils élevèrent la voix, et dirent : « Jésus, Maître, fais-nous miséricorde! » Jésus les vit et leur dit : « Allez vous montrer aux prêtres ». Et il advint, pendant qu’ils y allaient, qu’ils furent purifiés. L’un d’entre eux, voyant qu’il était guéri, revint sur ses pas en glorifiant Dieu à haute voix. Il se jeta aux pieds de Jésus, le visage contre terre, et lui rendit grâce. Cet homme était Samaritain. Répondant, Jésus dit alors : « Les dix n’ont-ils pas été purifiés ? Les neuf, où sont-ils ? Il ne s’est trouvé, pour revenir rendre gloire à Dieu, que cet étranger ? »  Et Jésus lui dit : « Lève-toi ! Va ! Ta foi t’a sauvé ».

Koinonikon dominical (« Louez… »)

Réflexion (saint Nicolas de Jitcha) 

Que jamais ne t’effleure l’idée que Dieu ne t’entend pas quand tu lui adresses des prières. Il entend nos pensées comme nous entendons les voix et les paroles les uns des autres. Et si ta prière n’est pas immédiatement exaucée, c’est qu’elle lui est adressée d’une manière indigne, ou bien que tu demandes quelque chose qui causera ta ruine, ou que Lui, selon sa sagesse et son économie, a remis à plus tard, pour un moment plus opportun, l’exaucement de ta supplique. Le Père Jean de Cronstadt disait dans ses écrits : « De même que nous communiquons rapidement par le télégraphe avec des gens qui sont loin de nous, de même nous communiquons rapidement avec Dieu, avec les anges et les saints par la foi vivante, comme par un quelconque télégraphe. Envoie ta supplication vers Dieu ou vers les saints par le télégraphe de la foi, et tu recevras aussitôt une réponse. » Dans d’autres écrits, il disait également : « Dieu, et les esprits créés, et les âmes des défunts et des vivants, sont des êtres pensants ; or la pensée est rapide et en quelque sorte partout présente. Pense à eux de tout ton coeur, et ils seront présents pour toi, et Dieu sera présent toujours et infailliblement ; les autres, eux, le seront selon la grâce et le pouvoir de Dieu .» (Le Prologue d’Ohrid, L’Âge d’Homme, Paris, 2009, p. 63).

Synaxaire : saint Paul de Thèbes

Né dans une famille aisée de la basse Thèbes, en Egypte, sous le règne de l’empereur Dèce, il hérita, avec sa soeur, de toute la fortune familiale. Mais son beau-frère, qui était idolâtre, voulut s’emparer de la part de Paul et menaça celui-ci de le dénoncer aux autorités comme chrétien, s’il ne lui laissait pas sa part de l’héritage. Une telle misère spirituelle, ainsi que les exemples héroïques de sacrifices librement consentis par des martyrs chrétiens, que Paul avait vus de ses propres yeux, l’incitèrent à donner sa part d’héritage à sa soeur et à se retirer lui-même dans le désert, où il vécut en ascète jusqu’à sa mort. Les cimes spirituelles atteintes par ce géant du monachisme sont attestées par saint Antoine le Grand lui-même, qui se rendit un jour près de Paul et vit que des bêtes sauvages et des oiseaux obéissaient à ce dernier. De retour de cette visite, Antoine dit à ses moines : « Malheur à moi, mes enfants, qui suis un moine pécheur et trompeur, un moine uniquement par le nom ! J’ai vu Elie, j’ai vu Jean dans le désert et, en vérité, j’ai vu Paul au Paradis ! » Saint Paul a vécu 113 ans, puis est entré paisiblement dans le repos auprès du Seigneur, en 342. (Le Prologue d’Ohrid, p. 61).

Archiprêtre Marc-Antoine Consta de Beauregard

Publié dans Dimanches et fêtes, Saints et fêtes | Marqué avec , , , , , | Laisser un commentaire

Dimanche 8 janvier 2012. Dimanche après la Théophanie, 30ème après Pentecôte

Dimanche 8 janvier 2012. Dimanche après la Théophanie, 30ème après Pentecôte, ton 5, exap. 8

On peut reprendre les antiennes de la Fête, ou bien Typiques et Béatitudes avec des versets de l’ode 6 du canon de la Fête

Tropaire de la Résurrection en ton 5

Verbe coéternel au Père et à l’Esprit, Toi qui es né de la Vierge pour notre salut, nous te chantons, nous les fidèles, et t’adorons, Seigneur ; car Tu as bien voulu souffrir en montant sur la Croix pour y subir la mort en ta chair et ressusciter les morts en ta sainte et glorieuse Résurrection.

Tropaire du baptême du Christ (Epiphanie, ou Théophanie), ton 1

Pendant ton baptême dans le Jourdain, ô Christ, fut manifesté l’adoration due à la Trinité. Car la voix du Père te rendit témoignage en te nommant le Fils bien aimé, et l’Esprit, sous forme de colombe, confirmait la vérité de cette parole. Christ Dieu qui es apparu et qui as illuminé le monde, gloire à toi !

Gloire…Et maintenant…

Kondakion de la Théophanie, ton 4 

En ce jour de l’Epiphanie l’univers a vu ta gloire, car, Seigneur, Tu t’es manifesté et sur nous resplendit ta lumière. C’est pourquoi en pleine connaissance nous te chantons : « Tu es venu et t’es manifesté, Lumière inaccessible ! »

Prokimenon de l’après-fête, ton 1

Que ta miséricorde, Seigneur, vienne sur nous,
comme nous avons mis en toi notre espérance !
V : Exultez, les justes, dans le Seigneur ; aux hommes droits convient la louange. (Ps.32, 22 et 1)

Epître du dimanche après la Théophanie

Ephésiens 4, 7-13

Frères, chacun de nous a reçu un don particulier, conformément à ce que le Christ a donné. Comme le déclare l’Ecriture: „Quand Il est monté sur les hauteurs, Il a emmené des prisonniers avec lui; Il a fait des dons aux hommes”. Or, que veut dire „Il est monté”? Cela veut dire qu’Il est d’abord descendu dans les régions les plus profondes de la terre. Celui qui est descendu est le même que Celui qui est monté au plus haut des cieux afin de combler tout l’univers. C’est lui qui a fait des dons particuliers aux humains: Il a donné aux uns d’être apôtres, à d’autres d’être prophètes, à d’autres encore d’être évangélistes, pasteurs ou enseignants. Il a agi ainsi pour préparer les membres du peuple de Dieu à accomplir la tâche du service chrétien, pour faire progresser le Corps du Christ dans la foi. De cette façon, nous parviendrons tous ensemble à l’unité de notre foi et de notre connaissance du Fils de Dieu; nous deviendrons des adultes dont le développement atteindra à la stature parfaite du Christ.

Alléluia du dimanche après la Théophanie (après-fête), ton 5

Tes miséricordes, Seigneur, éternellement je les chanterai ; de génération en génération ma bouche annoncera ta vérité.
V : Car Tu as dit : « la miséricorde est un édifice éternel. » Dans les cieux est préparée ta vérité. (Ps.88, 2 et 3)

Evangile du dimanche après la Théophanie

Matthieu 4, 12-17

En ce temps-là, quand Jésus apprit que Jean avait été mis en prison, Il s’en alla en Galilée. Il ne resta pas à Nazareth, mais alla demeurer à Capernaüm, ville située au bord du lac de Galilée, dans la région de Zabulon et de Nephtali. Il en fut ainsi afin que se réalisent les paroles du prophète Isaïe qui dit: „Région de Zabulon, région de Nephtali, en direction de la mer, de l’autre côté du Jourdain, Galilée qu’habitent les non Juifs! Le peuple qui vit dans la nuit verra une grande lumière! Pour ceux qui vivent dans le sombre pays de la mort, la lumière apparaîtra!” Dès ce moment, Jésus se mit à prêcher en disant: „Convertissez-vous, car le Royaume des cieux est tout proche!”

Mégalynaire, ton 2

Magnifie, ô mon âme, celui qui a reçu du Précurseur le baptême ! Merveille qui dépasse tout esprit, ton enfantement, Epouse immaculée ! Par toi, Mère bénie, ayant trouvé le salut, nous t’offrons un chant d’action de grâce mérité, et comme Bienfaitrice nous t’acclamons !

Koinonikon du dimanche (Louez le Seigneur…)

Catéchèse

« Conversion » : du grec metanoia, retournement de l’esprit, changement radical de mentalité, révision totale du système de valeurs, révolution de la pensée. « Se convertir », c’est se tourner vers Dieu, pour demander le pardon de ses péchés, mais également pour adopter un mode de vie et de pensée cohérent avec la révélation que Dieu fait de lui-même ; cela consiste à répondre à son appel : « Suis-moi ! » (Jn 21, 19) afin de faire sa volonté. Se convertir, c’est, profondément, changer. Mais nous ne pouvons pas nous changer seulement par nous-mêmes ; c’est pourquoi nous prions le Seigneur : « Convertis-moi, ô Dieu ! » (Jér 31, 18) ; « fais-moi connaître la voie où je dois marcher…  Apprends-moi à faire ta volonté, car Tu es mon Dieu ! » (Ps 142, 8 et 10).

Pour Jésus Christ, « ce qui compte, c’est le retournement du coeur qui fait redevenir comme un petit enfant (Mt 18, 3ss). C’est ensuite l’effort continu pour ‘chercher le Royaume de Dieu et sa justice’ (Mt 6, 33), c’est-à-dire pour régler sa vie selon la Loi nouvelle. L’acte même de la conversion est évoqué dans des paraboles très parlantes. S’il implique une volonté de changement moral, il est surtout humble appel, acte de confiance : ‘Mon Dieu, aie pitié du pécheur que je suis !’ (Lc 18, 13). La conversion est une grâce due à l’initiative divine qui prévient toujours : c’est le pasteur qui part à la recherche de la brebis perdue (Lc 15, 4ss ; cf 15, 8). La réponse humaine à cette grâce est analysée concrètement dans la parabole de l’enfant prodigue, qui met dans un relief étonnant la miséricorde du Père (Lc 15, 11-32). Car l’Evangile du Royaume comporte cette révélation déconcertante : ‘Il y a plus joie dans le ciel pour un pécheur qui se convertit que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n’ont pas besoin de pénitence’ (Lc 15, 7.10). Aussi bien Jésus manifeste-t-Il aux pécheurs une attitude d’accueil qui scandalise les pharisiens (Mt 9, 10-13 ; Lc 15, 2) mais provoque des conversions ; et l’évangile de Luc se plaît à rapporter en détail certains de ces retours, comme celui de la pécheresse (Lc 7, 36-50) et celui de Zachée (19, 5-9) ». (Vocabulaire de Théologie Biblique, Le Cerf, Paris, 1995, p. 956-957)

Archiprêtre Marc-Antoine Costa de Beauregard

Publié dans Dimanches et fêtes | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire